All rights reserved (c) 2021

Suicide d’une jeune fille après un viol collectif : Les deux suspects majeurs resteront un mois de plus en détention

Les deux jeunes âgés de 18 et 19 ans suspectés, comme trois mineurs, d'avoir violé à Gand une adolescente de 14 ans, qui s'est ensuite suicidée, resteront un mois de plus en détention, ainsi en a décidé la chambre du conseil de Gand. Mardi la police a arrêté les cinq auteurs présumés du viol collectif, trois mineurs et deux majeurs, ils avaient en outre diffusé les images du viol sur les réseaux sociaux.

Quant aux trois autres suspects mineurs, il s'agirait d'un jeune de 14 ans et de son frère de 16 ans, ils ont été placés dans une institution pour mineurs à Wingene. Un troisième mineur, âgé de 16 ans, se trouve dans l'institution fermée d'Everberg, le tribunal des mineurs se prononcera cet après-midi à son sujet et sur d'éventuelles mesures supplémentaires. L’avocat du jeune de 19 ans avait demandé la libération sous conditions de son client mais n’a pas été suivi par la chambre du conseil.

Selon leur défense, le casier judiciaire des deux majeurs est vide. Les suspects n'étaient pas présents à l'audience car ils sont sous le coup d'une mise en quarantaine liée aux mesures sanitaires de lutte contre le coronavirus.

Comme il s'agit d'une affaire très délicate - impliquant des mineurs - le parquet de la Flandre orientale a été très avare de commentaires. Le 15 mai, une adolescente de 14 ans a été violée dans le cimetière Westerbegraafplaats de Gand. Elle avait rendez-vous avec un ami, mais quatre autres jeunes les ont rejoints. Ils ont violé la victime tout en se prenant en photo et ont ensuite diffusé les images sur les réseaux sociaux. Quatre jours après son viol, la jeune fille s'est donné la mort.

Après analyse des images, la police a arrêté les cinq agresseurs présumés, trois mineurs et deux majeurs. Ces deux derniers suspects, âgés de 18 et 19 ans, ont été placés sous mandat d'arrêt pour viol, attentat à la pudeur ainsi que la prise et la diffusion de photos susceptibles de constituer une atteinte à l'intégrité d'une personne.

Vincent Van Quickenborne aux victimes de viol : "Déposez plainte !"

Dans une publication postée sur Twitter, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open VLD)  a qualifié les faits d'"horribles". "Mes pensées vont à la famille et aux amis (de la victime). Plusieurs suspects ont été arrêtés et l'enquête suit son cours", a-t-il indiqué. Et d'ajouter : "Je lance un appel aux victimes d'agressions sexuelles : déposez plainte. Des personnes sont prêtes à vous aider dans les centres de prise en charge des violences sexuelles. La justice fera tout pour attraper et punir les responsables, ainsi que ceux qui partagent ces images, car cela aussi est punissable".

Toute personne ayant des idées suicidaires peut contacter la ligne d'écoute du Centre de Prévention du Suicide au 0800 32 123 (elle est anonyme, gratuite et disponible 24h/24). Plus d'infos sur www.preventionsuicide.be.
 

Les plus consultés