Sabine Joosten

Les universités flamandes et leurs hôpitaux appellent à ne pas assouplir trop vite : "le danger n'est pas passé"

Tous les recteurs des universités flamandes, les directeurs généraux de leurs hôpitaux et les doyens des facultés de Médecine ont adressé une lettre ouverte aux autorités leur demandant de ne pas assouplir trop rapidement les mesures sanitaires. "Le danger n’est pas encore passé", préviennent-ils à la veille d’un nouveau Comité de concertation. 

"Les modèles mathématiques récents prévoient une nouvelle recrudescence fin juin, du moins si nous nous revoyons tous comme ne le faisions en septembre dernier. L’intensification des voyages internationaux durant les mois d’été augmente également le risque d’une réintroduction du virus dans notre pays", préviennent les auteurs de la lettre ouverte.

"L’optimisme triomphe et ça fait du bien. Mais cela suscite aussi des inquiétudes", poursuivent ces derniers. "Les assouplissements vont soudainement très loin. Sans doute trop loin, comme si d’un coup tout est possible, et que le danger est définitivement passé".

Les représentants des universités flamandes et de leurs hôpitaux demandent dès lors de rester prudents. "Il ne nous revient pas de faire des choix politiques, ou de resserrer les vis. Nous voulons cependant interpeller tout un chacun et rappeler l’importance de la responsabilité individuelle et du sens civique", concluent-ils. 

Les plus consultés