Plus de 700 formations disparaissent de la base de données flamande

Au cours de l’année écoulée, quelque 756 formations (dont certains post-graduats) reprisent dans la base de données des formations en Flandre ont reçu une évaluation négative du Département du Travail et de l’Economie sociale. Cela représente 15% du total. Quelque 701 de ces 756 formations seront retirées de la base de données à la fin de l’année, ce qui veut dire que les personnes qui les suivent ne recevront plus de congé ni de chèque de formation. C’est ce qui ressort d’une réponse de la ministre régionale de l’Economie, Hilde Crevits, à la question écrite du député Tom Ongena. Ce dernier est favorable à un retrait des subsides pour les formations qui ne contribuent pas à rendre les personnes qui les suivent mieux armées sur le marché de l’emploi.

Les 4.915 formations reprises dans la base de données flamande donnent droit à ceux qui les suivent à un congé, un crédit ou des chèques de formation. Le gouvernement flamand veut ainsi encourager les travailleurs à se perfectionner ou suivre une formation continue.

Mais comme ces formations procurent des avantages, elles font également l’objet d’un contrôle. L’évaluation - contre laquelle on peut d’ailleurs interjeter appel - vaut toujours pour une période d’un an. Pour les 756 évaluations négatives qui ont été émises en 2020, quelque 136 appels ont été interjetés. Dans 55 cas, cela a permis de faire passer l’évaluation de négative à positive.

Les 701 autres formations ayant reçu une mauvaise note seront retirées au 1er janvier 2022 de la base de données flamande. Tom Ongena souligne que la Flandre est confrontée à une énorme pénurie de main-d’œuvre sur le marché de l’emploi.

"Nombre d’entreprises ne trouvent pas de collaborateurs adéquats ou qualifiés. C’est pourquoi le gouvernement flamand investit beaucoup pour encourager les citoyens à continuer à se former. Elle utilise pour cela beaucoup d’argent des contribuables. Mais il est important que cet argent aille à des formations qui contribuent effectivement à résorber la pénurie de main-d’œuvre et qui rendent les personnes formées mieux préparées aux exigences du marché de l’emploi", concluait le député libéral flamand.

Dans l’émission "De ochtend" (VRT), la ministre flamande à l’Economie Hilde Crevits réagissait ce dimanche matin. "Nous sommes très généreux avec les congés et chèques à la formation. Et certaines choses ne peuvent certainement pas être discutées: apprendre le néerlandais ou perfectionner une compétence technique, c’est très important".

"Mais le but n’est pas de permettre aux gens de suivre des formations qui n’ont rien à voir avec l’emploi dans lequel elles sont actives. Si des formations ont un titre attrayant mais qu’elles ne sont pas d’une qualité suffisante, il faut les rayer du système", confirmait la ministre Crevits (photo).

Les plus consultés