Sanda Dia est décédé le 7 décembre 2018 à l'hôpital. Il souffrait d'hypothermie et plusieurs de ses organes étaient endommagés.

Décès d'un étudiant après un baptême : les 18 prévenus seront-ils renvoyés en correctionnelle ?

La chambre du conseil de Hasselt devait se pencher ce lundi sur l'affaire du cercle estudiantin Reuzegom. Elle devait déterminer qui, parmi les 18 personnes impliquées dans un rituel de baptême fatal pour le jeune Sanda Dia, devra comparaître devant le tribunal correctionnel. Mais l'avocat de l'un des prévenus a déposé une requête en récusation car il estime que le juge est partial.

Le 5 décembre 2018, le club estudiantin avait prévu une épreuve de baptême à laquelle ont pris part Sanda Dia, 20 ans, et deux autres bleus. L'activité avait débuté à Louvain et s'était poursuivie dans un chalet à Vorselaar (province d'Anvers). L'état de santé du jeune homme s'était nettement dégradé après qu'il avait ingurgité de l'alcool et de l'huile de poisson. La victime, originaire d'Edegem (province d'Anvers), devait décéder le 7 décembre 2018 à l'hôpital. Il souffrait d'hypothermie et plusieurs de ses organes étaient endommagés.

L'audience en chambre du conseil sur ce dossier devait se tenir début septembre 2020. Des demandes de devoirs d'enquête complémentaires ont cependant été déposées, entraînant la suspension de la procédure en chambre du conseil. Certaines demandes ont été acceptées, d'autres non. Les devoirs d'enquête complémentaires sont terminés. Le parquet du Limbourg avait fait savoir mi-mai que l'enquête était bouclée.

Plusieurs membres du cercle estudiantin souhaitaient que le médecin urgentiste de l'hôpital de Malle, où avait été admis Sandra Dia, soit aussi poursuivi. Mais leur requête n'a pas été suivie. Un collège d'experts a réexaminé le rôle de l'urgentiste et a estimé que ce dernier n'avait rien à se reprocher. Des rapports médicaux ont en outre révélé que la victime était en bonne santé avant de prendre part aux activités de baptême.

Les 18 personnes impliquées pourraient être poursuivies pour homicide involontaire, administration volontaire de substances nuisibles ayant entraîné la mort, traitement dégradant et négligence coupable. 

Demande de récusation

Ce lundi, l'avocat de l'un des 18 prévenus a déposé une requête en récusation car il estime que le juge est partial. D'après l'avocat Sven Mary, qui représente la famille de la victime, il s'agit d'une nouvelle manoeuvre dilatoire et d'un coup dur pour la partie civile.

Cette demande de récusation aurait été déposée car le juge a demandé vendredi à son greffier d'informer les 35 avocats que l'affaire était prête à être entendue dès lundi. Un des avocats avait pourtant demandé des devoirs d'enquête complémentaires mais ça lui a été refusé. Il a donc déposé une demande de récusation.

La juridiction se réunira à nouveau le 28 juin. Elle devra déterminer si les 18 personnes impliquées dans le rituel de baptême fatal pour le jeune Sanda Dia doivent comparaître devant le tribunal correctionnel. 

Les plus consultés