Chargement lecteur vidéo ...

Des jeunes venus de Bruxelles et du nord de la France provoquent une grande bagarre à Gand

Une bagarre a éclaté mercredi soir dans le domaine récréatif de Blaarmeersen, à Gand. La zone de baignade a dû être complètement évacuée. Deux personnes ont été blessées, et deux autres ont été interpellées. Selon la Ville, les troubles ont été causés par des groupes de jeunes venus de Bruxelles et du nord de la France. Au lendemain de l’incident, les autorités ont décidé de prendre des mesures pour éviter de nouveaux problèmes. 

Des images de la bagarre et de ses conséquences ont été diffusées sur les médias sociaux (voir vidéo ci-dessous). Le domaine était relativement bondé, car durant le mois de juin, il est possible de s'y baigner les mercredis et les week-ends.

Certaines personnes présentes semblaient toutefois malintentionnées. "Il y avait de grands groupes de jeunes de Bruxelles et du nord de la France. Ils se sont introduits illégalement dans le domaine, en cassant des haies et en grimpant par-dessus", a expliqué l’échevine gantoise du Sport, Sofie Bracke (Open VLD), au micro de la VRT. "Le soir, la situation a dégénéré en bagarre". 

Prise de mesures

Les jours d’ouverture de la zone de baignade, les visiteurs qui ne proviennent pas de Gand ou de Flandre orientale doivent réserver leur place pour pouvoir accéder au domaine. Ce système va toutefois être renforcé et restreint. Le terrain sera par ailleurs davantage sécurisé via des barrières et des caméras de surveillance supplémentaires. "Une liste noire va également être mise en place. Les personnes qui se comportent mal ne pourront plus entrer", a précisé le bourgmestre de Gand, Matthias De Clercq (Open VLD).

La Ville veut également empêcher les groupes de jeunes malintentionnés d’accéder au domaine de Blaarmeersen. La police aura dès lors une mission supplémentaire. "Je leur ai donné la permission de contrôler systématiquement les cartes d’identité, que ce soit de la gare vers le domaine, ou dans le domaine même", poursuit Matthias De Clercq. "Il faut que ce soit extrêmement clair : les fauteurs de trouble ne sont pas les bienvenus à Gand, ni à Blaarmeersen. Nous ne l’acceptons vraiment plus", prévient le bourgmestre. 

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés