Nicolas Maeterlinck

Pollution au PFOS à Zwijndrecht : le gouvernement flamand débourse 63 millions d’euros, 3M paye 75.000 euros

Le quotidien De Standaard écrivait ce mardi - et l’information a été confirmée à VRT NWS - que la multinationale 3M, qui est liée à une ancienne pollution au PFOS (acide perfluorooctanesulfonique) à Zwijndrecht en région anversoise, a conclu en 2018 un accord juridique avec la société de gestion Lantis, en charge de la construction de la liaison routière Oosterweel. C'est cet énorme projet d’achèvement du périphérique autour d’Anvers qui a permis de mettre au jour cette pollution de longue date. L’accord devait permettre à Lantis - qui accepte de ne pas porter le dossier de pollution devant la justice - de poursuivre le projet Oosterweel, tandis que le gouvernement flamand débourse 63 millions d'euros d'argent public pour s'attaquer à la décontamination du terrain, alors que 3M doit dépenser 75.000 euros.

A la suite d’un conseil des ministres extraordinaire, le gouvernement flamand a annoncé lundi soir qu’il prenait des mesures de précaution face à la pollution au PFOS à Zwijndrecht (Anvers), dans les environs directs du site de l'entreprise 3M. Ces mesures s’adressent aux personnes résidant dans un rayon de moins de 10 km du site pollué : il leur est déconseillé de consommer des légumes de leur jardin, de la volaille, voire même les œufs de volaille. Les jeunes enfants, femmes enceintes ou allaitantes sont particulièrement visés par ces mesures.

Le PFOS - produit jusqu’en 2002 par 3M à Zwijndrecht - est notamment utilisé pour l'imperméabilisation des tissus, du mobilier et des tapis. Il a également été utilisé pour traiter les papiers à contact alimentaire contre les taches d'eau et de graisse, ainsi que pour diverses autres applications grand public. Mais il est cancérigène.

La multinationale 3M nie avec véhémence être responsable de la pollution du sol autour de son site. La société de gestion Lantis n’était pas de cet avis, mais pour éviter une longue procédure judiciaire qui aurait retardé (éventuellement de 20 à 30 ans) l’avancement du projet de mobilité Oosterweel à Anvers, un accord a été conclu en 2018 stipulant que la pollution ne serait pas dénoncée en justice.

Les 63 millions d’euros qui sont versés par les autorités flamandes doivent avant tout servir à "emballer" le sol pollué et à construire une installation d’épuration d’eau. Avec les 75.000 euros de l’entreprise 3M, une berme de sécurité doit être aménagée pour enterrer les sols les plus pollués. La multinationale met aussi un de ses terrains à disposition pour cette berme et la station d’épuration d’eau. Mais la différence entre les deux montants fait sourciller, et pas seulement les actuels partis de l’opposition.

Dans une courte réaction sur Radio 1 (VRT) ce mardi, la ministre régionale de la Mobilité Lydia Peeters (Open VLD) a expliqué que l'assainissement des sols contaminés était de toute façon une responsabilité de 3M, selon les termes du Décret d’assainissement des sols pollués. Et cet assainissement devrait lui coûter très cher, jugent certains experts.

Qu’en est-il du projet Oosterweel ?

Les travaux d’achèvement du périphérique nord autour d’Anvers doivent-ils maintenant être interrompus ? Dans un communiqué, la ministre Lydia Peeters (photo archives) a indiqué que l'intention était de poursuivre la construction de la liaison Oosterweel, "mais pas au détriment de la santé publique."

Elle a annoncé qu'elle demandera des analyses toxicologiques supplémentaires, afin de pouvoir informer la population de Zwijndrecht et alentours, qui est très inquiète. Des échantillons supplémentaires étaient déjà prélevés dans le sol ce mardi.

Les plus consultés