Première belge : des éoliennes sans subsides chez ArcelorMittal à Gand

Dans le port gantois une étape importante est en train d’être franchie pour la création d’énergie renouvelable dans le pays. Sur le site de l’entreprise ArcelorMittal (photo), les premières éoliennes produisant de l'électricité sans subsides vont en effet bientôt sortir de terre. Elles sont plus grandes que toutes celles qui ont jusqu’à présent été construites en Belgique. Le géant de l’acier s'engage à acheter de l'électricité pendant 20 ans à un prix fixe.

Les parcs éoliens en Belgique sont jusqu'à présent construits à l'aide d'argent public. Mais ArcelorMittal et l'exploitant d'éoliennes Storm entendent désormais démontrer qu'il est possible de mener à bien un projet éolien sans certificat vert. Les deux entreprises étaient autrefois en faveur de subsides publics, mais il leur a semblé plus intéressant de s’en passer.

Sur les six éoliennes qui seront érigées sur le site d’ArcelorMittal dans le port gantois, trois le seront sans subsides. Ceci leur est notamment possible en raison de leur taille et leur capacité. Il s'agit en effet de trois grandes turbines de 230 mètres de haut, les plus grandes de Belgique avec une capacité de 6 MW chacune. En quarante ans, les éoliennes construites en Belgique sont huit fois plus grandes qu’à l’origine. Et leur taille devrait encore augmenter. Ce qui entraine une capacité de production nettement supérieure.

Le prix que le producteur d'acier paiera pour l'électricité de ces éoliennes pendant 20 ans est inférieur aux prix du marché actuels, précisait le CEO de Storm, Jan Caerts. "Nous veillons ainsi aussi à ce que les contribuables ne doivent plus contribuer à la production d’énergie", indiquait à VRT NWS Manfred Van Vlierberghe, CEO d’ArcelorMittal Belgique.

La ministre flamande de l'Energie, Zuhal Demir, qui assistait à la présentation du projet mardi, est satisfaite de l'initiative. "C'est le chemin que nous devons prendre. Le système de subsides est progressivement abandonné. Nous venons de loin".

Zuhal Demir estime que le plus simple serait de remplacer les anciennes éoliennes par des plus nouvelles, nettement plus efficaces. Mais elle souligne aussi qu’un changement de mentalité est nécessaire, la construction d’éoliennes soulevant encore souvent des protestations de riverains en Flandre.

Les plus consultés