Confirmation du parquet : Le corps retrouvé est bien celui de Jürgen Conings

Plus d’un mois après sa disparition, le corps du militaire fugitif Jürgen Conings a été retrouvé près du Dilserbos, à Dilsen-Stokkem. "Selon les premières constatations, il s'agit bien de Jürgen Conings", a indiqué le parquet fédéral dans un communiqué. Selon un premier examen, "la cause probable de la mort serait un suicide."  

"La cause de la mort est probablement, selon les premières constatations, imputable à un suicide par arme à feu, mais cette cause devra être établie avec certitude lors d'une expertise médico-légale à venir", précise le parquet fédéral.

Aucune autre information ne sera communiquée pour l'instant. "Il est demandé aux médias de respecter l'intimité de la famille du disparu. Un nouveau point sur la situation pourra être fait en fin de journée en collaboration avec le centre de crise", ponctue le parquet.

C'est le bourgmestre de Maaseik qui a découvert le corps lors d'une randonnée en VTT

Durant une randonnée en VTT, ce dimanche matin à un endroit assez isolé du public, le bourgmestre de Maaseik Johan Tollenaere (Open VLD) a remarqué une forte odeur de cadavre en décomposition et a transmis les coordonnées à la police.

"J'ai immédiatement pensé à Jürgen Conings, je ne suis pas allé voir le corps moi-même mais  j'ai prévenu la police et je leur ai transmis les coordonnées de l'endroit. Ils ont trouvé le corps à quelque mètres de là". 

 Selon Johan Tollenaere, il est "très bizarre en tant que bourgmestre d'une commune de la région, dans les bois où les gens ont cherché pendant des semaines" de découvrir Conings. "Avec un mort, il ne faut jamais être positif bien sûr, mais c'est plutôt un soulagement car cela a eu un impact énorme sur les forces de sécurité et notre région. Certains habitants allochtones ne se sentaient pas en sécurité. Et une protection avait été établie devant les mosquées.

Comment est-il possible que la police et l'armée, qui ont effectué des recherches pendant des semaines autour du parc national de la Haute Campine, n'aient pas fait la découverte elles-mêmes ? "Cela devra être analysé plus tard", a déclaré Johan Tollenaere. "La zone où se trouve le cadavre est très vallonnée, c'est un endroit où ne viennent vraiment que les vététistes".

Jürgen Conings avait quitté sa caserne, il y a plus d'un mois en emportant des armes lourdes. Quatre lance-roquettes antichar et des munitions avaient été découvertes dans sa voiture abandonnée en lisière du parc national de Haute Campine. Un peu plus tard un sac à dos contenant des munitions avait également été retrouvé non loin de là. 

Le militaire âgé de 46 ans était connu pour ses sympathies avec les milieux d'extrême-droite et avait plusieurs missions à l'étranger à son actif. Avant de prendre la fuite, il avait rédigé des lettres d'adieu. Le fugitif avait menacé de s'en prendre aux structures de l'État, à une mosquée et à plusieurs personnalités, dont le célèbre virologue Marc Van Ranst.

"C'est bien qu'il y ait maintenant des certitudes" (bourgmestre de Maasmechelen)

"C'est bien qu'il y ait maintenant des certitudes dans toute cette histoire et que tous les efforts déployés pour le retrouver puissent être arrêtés", a réagi le bourgmestre de Maasmechelen, Raf Terwingen (CD&V), après la découverte du corps sans vie de Jürgen Conings dimanche. Des recherches visant à retrouver le militaire en fuite ont été menées durant plusieurs semaines dans le parc national de la Haute Campine, qui s'étend en partie sur cette commune.

"Nous devrons analyser comment et où exactement le corps a été retrouvé. Les militaires connaissent bien évidemment un certain nombre de techniques pour se cacher", ajoute Terwingen. "Il a été retrouvé en raison de l'odeur qui se dégageait et les températures chaudes des derniers jours y sont certainement pour quelque chose."

Malgré la situation, la panique n'avait pas atteint les riverains pour autant ces dernières semaines, souligne encore le bourgmestre. "Il était clair que Conings ne visait pas la population générale mais avait d'autres cibles."

 

Les plus consultés