AFP or licensors

Les ministres de la Santé donnent leur feu vert à la vaccination des 12-15 ans fragiles

Les ministres de la Santé réunis en Conférence interministérielle (CIM) ont décidé mercredi d'autoriser la vaccination contre le coronavirus, avec le vaccin de Pfizer-BioNTech, des jeunes de 12 à 15 ans (compris) présentant des comorbidités.

"Il s'agit d'adolescents souffrant de certaines pathologies, telles que la leucémie, les maladies chroniques des reins ou du foie, du syndrome de Down, du système immunitaire perturbé ou de patients transplantés. Lors d'une infection par le virus, ils courent un risque plus élevé de complications entraînant une hospitalisation", précisent les ministres compétents des différents niveaux de pouvoir dans un communiqué commun. 

C'est le médecin qui décide si son jeune patient entre, ou pas, dans cette catégorie qui pourra donc bientôt bénéficier de la vaccination contre la Covid-19. Les ministres y ont cependant ajouté une étape: il doit y avoir concertation du médecin avec les parents et l'enfant, et le consentement de ceux-ci devra clairement être reflété dans le dossier médical. On ne parle ici que de quelques milliers de jeunes, selon la CIM Santé. 

Actuellement, seul le produit développé par BioNTech et Pfizer est autorisé au niveau européen pour cette tranche d'âge. C'est donc ce vaccin, à deux doses, que ces jeunes adolescents se verront administré. 

Pour la vaccination générale de tous les 12-15 ans, la CIM Santé attend encore ce mois-ci un avis du Conseil supérieur de la santé, précisent les ministres.

Les plus consultés