Cinq personnes placées sous mandat d’arrêt dans le cadre de l’enquête sur la crypto-monnaie Vitae

Cinq personnes ont été déférées devant la juge d'instruction et placées sous mandat d'arrêt, dont une sous surveillance électronique. Elles ont été inculpées de participation à une organisation criminelle, d'escroquerie et de blanchiment d'argent.

Dans le cadre de l'enquête sur la crypto-monnaie Vitae, cinq personnes ont été placées sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction de Malines. Les perquisitions en Belgique et en Suisse ont également permis de saisir 37 % de la monnaie virtuelle Vitae en circulation, ainsi que 1,5 million d'autres monnaies virtuelles, 1,1 million d'euros en argent "réel", 17 véhicules de luxe, plusieurs montres de luxe et de l'or. C'est ce qu'a rapporté jeudi le parquet fédéral.

Des perquisitions ont été menées mardi par la police judiciaire fédérale de Flandre orientale à 17 adresses, principalement à Anvers, en Flandre orientale et occidentale et dans le Limbourg, a indiqué jeudi le parquet fédéral. 

Ces opérations, dirigées par une juge d'instruction de Malines, ont été ordonnées dans le cadre d'une enquête relative à une large escroquerie apparentée à une Pyramide de Ponzi. Cinq personnes ont été arrêtées et plus de 2 millions d'euros en monnaie virtuelle et fiduciaire ont été saisis.

"Cette enquête vise plus particulièrement la plateforme de médias sociaux liée à vitae.co et le site web vitaetoken.io, qui ont été utilisés par plus de 223.000 personnes dans le monde", a expliqué le parquet fédéral.

"Les membres de l'organisation criminelle suspectée sont, pour la plupart, de nationalité belge et font usage d'une société de droit suisse. Des perquisitions ont également été menées en Suisse, grâce à l'appui du ministère public de la Confédération", a-t-il précisé.

Cinq personnes ont été déférées devant la juge d'instruction et placées sous mandat d'arrêt, dont une sous surveillance électronique. Elles ont été inculpées de participation à une organisation criminelle, d'escroquerie et de blanchiment d'argent.

"La plateforme de médias sociaux a été mise hors ligne et 37 % de la monnaie virtuelle "Vitae" en circulation a été saisie", a encore indiqué le parquet fédéral. "Plus de 1,1 million d'euros en monnaie fiduciaire, près de 1,5 million d'euros en monnaie virtuelle, 17 véhicules de luxe, plusieurs montres de luxe et de l'or ont également été saisis".
 

Les plus consultés