A Gand, 1.700 personnes ont fait la file pour profiter d’un surplus de vaccins

Longue file d’attente (photo), ce vendredi, au centre de vaccination de Gand (Flandre orientale), après que la ville ait encouragé sa jeune population à se libérer pour profiter d’un important lot de vaccins excédentaires. L’Agence flamande pour les Soins et la Santé comprend l’initiative de la ville, mais estime qu’elle aurait mieux fait de se concerter avec elle.

Ce sont avant tout des jeunes gens qui ont fait ce vendredi après-midi la file au centre de vaccination gantois, dans l’espoir de recevoir plus tôt que planifié leur vaccin anti-corona. La ville avait en effet fait savoir ce matin qu’il y avait un important surplus de doses et que tous les Gantois âgés de 16 ans et plus qui le souhaitaient pouvaient se présenter sans rendez-vous.

Via les médias, des amis, des parents ou voisins, la nouvelle s’était propagée à toute vitesse. Et la réponse à l’appel a été massive, comme en témoignent les images de longues files d’attente. "C’est la première fois que je vois les gens faire la file aussi loin. Il y a certainement 500 à 700 personnes qui attendent dehors", réagissait au micro de VRT NWS Seppe Biasino qui travaille au centre de vaccination.

"J’ai immédiatement saisi l’opportunité, sinon je devrai attendre longtemps", indiquait quelqu’un dans la file d’attente. "Comme çà j’en serai débarrassé". Au total, il y avait 1.700 places libres ce vendredi après-midi, indiquait Freija De Smet du centre de vaccination. Elles se sont rapidement remplies, car vers 16h la ville annonçait qu’il ne fallait plus se présenter pour tenter sa chance. Jusqu’à lundi inclus, il reste un total de 6.000 places vacantes.

Chargement lecteur vidéo ...

Gand possède trop de vaccins

Mais comment se fait-il qu’il y ait tellement de vaccins en trop à Gand ? "Cette semaine, 41.000 vaccins ont été livrés à la ville, ce qui est vraiment beaucoup", expliquait l’échevin Rudy Coddens (Vooruit). "En même temps, nous constatons que les gens dans la vingtaine et la trentaine attendent un peu plus longtemps avant de prendre rendez-vous. Cela provient du fait que le second vaccin doit être réalisé fin juillet, si on reçoit le premier ces jours-ci. Et cette deuxième date tombe au milieu des vacances de beaucoup de gens".

Le centre de vaccination appelle les jeunes voyageurs à se faire vacciner néanmoins. "Nous ferons tout ce que nous pouvons pour leur donner une seconde dose après leurs vacances. Nous voulons être aussi flexibles que possible. Nous avons davantage de vaccins maintenant, donc c’est plus facile à réaliser", indiquait encore l’échevin gantois.

James Arthur Photography

Les 16 à 20 ans

On notera qu’un nombre important de jeunes se sont présentés au centre de vaccination ce vendredi. "Tout le monde ici a entre 16 et 20 ans, il y a beaucoup d’écoliers qui viennent de terminer leurs examens et qui sont venus juste avant leurs vacances", expliquait encore Seppe Biasino.

L’accent avait d’ailleurs été mis sur les jeunes, qu’il n’est pas toujours facile d’atteindre. "Nous constatons que dans leur profil de citoyens ils n’ont souvent pas indiqué d’adresse mail, ni de numéro de téléphone, mais seulement une adresse", précisait Freija De Smet. "C’est pourquoi nous demandons aux jeunes d’adapter leur profil et de prendre immédiatement un rendez-vous de vaccination". Le bourgmestre de Gand, Mathias De Clercq (Open VLD), s’est réjoui du succès de l’appel à la vaccination. "Merci aux jeunes pour leur motivation", écrivait-il sur Twitter.

Il restera d’ailleurs des milliers de vaccins de trop ces samedi et lundi. Les Gantois peuvent donc réserver une place via le site mijnburgerprofiel.be.

James Arthur Photography

"La ville aurait mieux fait de nous contacter"

L’Agence flamande pour les Soins et la Santé comprend l’appel lancé par la ville de Gand, mais aurait préféré que celle-ci la contacte. "Nous ferions mieux de prendre pareilles initiatives ensemble”, estime le porte-parole Joris Moonens. "Dans d’autres centres de vaccination, des gens attendent encore toujours une invitation. Nous aurions sans doute mieux fait de redistribuer des vaccins en surnombre à Gand à d’autres centres de vaccination".

Joris Moonens a aussi une autre crainte. "Quand on organise pareille journée portes ouvertes comme à Gand, il faut s’assurer d’avoir quelques semaines plus tard suffisamment de secondes doses à disposition pour revacciner ceux qui l’ont été aujourd’hui. Il est donc d’autant plus important de coordonner pareille action avec l’Agence flamande pour les Soins et la Santé".

Les plus consultés