De plus en plus d'accidents lors de chantiers routiers : la Flandre lance une campagne de sensibilisation

En 2019, il y a eu 7 morts et 454 blessés dans des accidents sur des chantiers routiers , c’est un bilan élevé. Nous sommes souvent peu attentifs à l'approche d'une zone de chantier, ou distrait par notre smartphone, et nous roulons souvent trop vite. Même dans la zone de chantier elle-même, et c'est aussi très dangereux pour les personnes qui travaillent. Cette semaine, l’Agence flamande des routes et du trafic (Agentschap wegen & verkeer) lance une nouvelle campagne de sensibilisation.

En juillet et août, le gouvernement flamand entamera des travaux routiers à de nombreux endroits, y compris sur les autoroutes. Le plus gros chantier de l'été est la construction d’une voie de circulation supplémentaire pour les heures de pointe sur la E314 de Louvain à Aarschot. Ce sera un soulagement pour les navetteurs lorsqu'elle ouvrira en septembre, mais d'ici là, ils devront prendre leur mal en patience dans les embouteillages. Or les embouteillages entraînent de la frustration, de l’impatience et souvent des accidents.

Ne pas être distrait

La principale cause d’accident avant et dans une zone de travaux est la distraction. Les usagers de la route sont distraits, ne voient pas les panneaux de limitation de vitesse ou les voient trop tard, et emboutissent soudain la file de véhicules qui les précèdent. En 2019, 7 personnes ont été tuées de cette manière. Les chiffres pour 2020 ne sont guère meilleurs : notamment lors des travaux sur l'E17 à Gentbrugge et sur l'E313 à Geel, plusieurs personnes ont perdu la vie parce qu'elles ont vu arriver le bouchon trop tard.

Parfois, nous ne réduisons pas assez notre vitesse. Des chiffres récents de l'institut de la circulation Vias montrent que 2 Belges sur 3 "oublient" de ralentir dans les chantiers routiers. Cela fait de nous l'un des pires élèves de la classe européenne. C'est la raison pour laquelle la ministre flamande de la Mobilité Lydia Peeters (Open VLD) lance une nouvelle campagne qui appelle les usagers de la route à redoubler d'attention à proximité des travaux.

Il y aura 6 affiches différentes le long des autoroutes et une campagne via les réseaux sociaux. "Ces rappels ne sont pas un luxe superflu. Malheureusement, il y a encore beaucoup trop de conducteurs qui ne font pas attention aux limitations de vitesse, avec toutes les conséquences que cela implique", déclare Lydia Peeters.
 

Un exemple d'affiche ci-dessous avec le slogan : "Chantiers routiers ? Levez le pieds"

Cette campagne de sensibilisation fait principalement appel au sens de la responsabilité civique de chaque usager de la route : "Soyez vigilants et levez le pieds". C'est non seulement conseillé pour votre propre sécurité, mais aussi pour le bien-être des ouvriers ui effectuent le travail difficile et dangereux le long des routes, souvent à côté de la circulation.

Au début de cette année et en 2020, à la suite des grands travaux sur l'E17 à Gentbrugge et sur l'E313 à Geel les mesures prises par le gouvernement flamand ont été critiquées. L'Agence des routes et du trafic et la police fédérale n’auraient mis en place des mesures et des contrôles supplémentaires qu'après de graves collisions impliquant des morts et des blessés, donc trop tard.

Le cabinet de Lydia Peeters conteste cela. "Chaque chantier est différent, et en termes de sécurité, il faut apporter des solutions sur mesure. Au début d'un chantier, nous consultons toujours les parties concernées, y compris la police de la route. Ils effectuent systématiquement des contrôles de vitesse." Le gouvernement flamand lui-même dispose également d'un certain nombre d'instruments pour contrôler la vitesse excessive. Par exemple, de "super radars" sont actuellement en construction sur la E314 en direction du Limbourg.

L'Agence des routes et du trafic dispose également d'une installation mobile de contrôle des sections d’autoroute. Elle est actuellement située dans le tunnel Kennedy à Anvers. Ce n'est pas un luxe superflu car des accidents s'y produisent presque tous les jours. On peut toutefois se demander si cela n'est pas dû à la vitesse excessive, compte tenu de la congestion quasi permanente du trafic. Ce tronçon de route était déjà saturé avant les travaux, ce qui a entraîné un grand nombre de collisions, et cela ne s'est pas amélioré avec les travaux. Une solution devrait intervenir en 2027, lors de l'ouverture du nouveau tunnel sous l'Escaut.
 

Les plus consultés