Pixabay

Voile, casquettes… Alost interdit tout type de couvre-chef aux élèves des écoles communales

Dès la prochaine rentrée scolaire, Alost interdira, entre autres, les casquettes et le voile dans les écoles communales. La ville indique avoir pris cette décision après que plusieurs jeunes élèves se sont présentées à l'école avec un foulard. Aalst n'interdit pas seulement les couvre-chefs religieux : ceux qui veulent porter une casquette ou la capuche d'un pull feront également face à l'interdiction.

L'interdiction de porter un couvre-chef s'applique à tout l'enseignement communal, mais en pratique, il n'y a quasiment que des écoles primaires communales à Alost. Seule l'Académie municipale des arts visuels dispose également d'une section secondaire.

La raison de cette interdiction est liée au fait que plusieurs filles de 11 et 12 ans sont venues à l'école avec un voile .  La direction de l'école primaire concernée a dès lors souhaité que le conseil municipal lui indique comment faire face à cette situation. 

Neutralité et politesse

La ville a ainsi décidé de créer un cadre général pour son enseignement et a modifié, en conseil communal, le règlement scolaire. Il est donc dorénavant interdit de porter un couvre-chef en classe. Aux yeux de l'échevin Karim Van Overmeire, il s'agit d'une forme élémentaire de politesse.

Outre l'interdiction des couvre-chefs, il existe également une interdiction plus générale des badges idéologiques. " En tant qu'enseignement communal, nous voulons dispenser un enseignement neutre et cette neutralité doit donc être correctement mise en œuvre. Elle s'inscrit également dans un projet pédagogique plus large," explique l’échevin.

"Tout le monde est le bienvenu dans nos écoles, mais il faut ensuite suivre les règles qui s'y appliquent", poursuit-il. "Il en va de même pour la règle selon laquelle il ne peut y avoir de publicité commerciale à l'école, pour le fait que nous parlons néerlandais à l'école, que le jeudi est le jour des légumes, ou que dans les collations nous préférons ne pas voir trop de sucre."

"Un règlement condescendant"

L'adaptation du règlement scolaire a été approuvée par les partis de la majorité et le Vlaams Belang. Groen et CD&V ont voté contre et Vooruit s'est abstenu.  

Pour Fatma Yildiz (Groen), le nouveau règlement est condescendant : "Les jeunes sont maîtres de leur propre corps. Donnez aux jeunes l'espace nécessaire pour être qui ils veulent être", a-t-elle lancé.

Le conseiller communal Theo Nsengimana (CD&V) estime pour sa part que la mesure est introduite sans aucune justification et sans qu'il n'y ait eu de réel problème. "Nous pensons que ce n'est pas une bonne chose, car ce n'est pas dans l'intérêt de l'enfant. Une telle interdiction ne peut être introduite que lorsqu'il est démontré que le droit à l'éducation de chaque enfant est menacé, et ce n'est pas le cas ici." Nsengimana ne croit pas non plus à l'argument de la politesse et soupçonne plutôt un profilage idéologique de l'administration de la ville.

Les plus consultés