Le ministre flamand de la Jeunesse ne veut pas de dépistage obligatoire avant les camps d’été

Le ministre flamand de la Jeunesse Benjamin Dalle (CD&V) a critiqué lundi la proposition du ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit), de faire tester avant les camps d'été les enfants et jeunes y participant. "On ne va pas changer les règles du jeu en cours de match", a-t-il réagi au micro de Radio 1 (VRT), estimant que des protocoles ont déjà été établis il y a des mois.

Certains mouvements de jeunesse ont dû annuler leurs camps d'été après que certains membres ont été testés positifs au coronavirus.

Ce week-end, le ministre fédéral Frank Vandenbroucke avait appelé les mouvements de jeunesse à envisager le dépistage des enfants avant les camps, dans le but d'éviter d'interrompre des camps en cours si des cas de Covid-19 se présentent sur place. 

Pour le ministre flamand Benjamin Dalle, les protocoles établis par les autorités doivent veiller à ce que des camps d'été aient lieu en toute sécurité, mais ces mesures ne comprennent pas le dépistage préalable de tous les participants. 

Les enfants et les jeunes ne peuvent être vaccinés qu'en dernier recours, il serait plutôt cynique qu’ils en deviennent victimes.

Benjamin Dalle (CD&V), ministre flamand de la Jeunesse

Au total, il y aura 23 000 activités pour les jeunes cet été. Toutefois, le ministre flamand de la jeunesse Benjamin Dalle n'est pas favorable à un test obligatoire pour tous les participants. Il estime que chaque organisation de jeunesse peut décider pour elle-même.

"Des contaminations se produisent pendant les activités des jeunes, et nous savions que cela allait arriver. Mais la situation est sous contrôle", a affirmé Benjamin Dalle lors de la matinale de Radio 1. Selon lui, il est primordial que les organisations de jeunesse suivent les règles spécifiques imposées à ce type d'activité. "Ne pas aller au camp si l'on est malade ou si l'on a eu des symptômes les jours précédents, fonctionner par les bulles, jouer le plus possible à l’extérieur, respecter les mesures d'hygiène : tout cela devrait permettre aux enfants et aux jeunes de partir au camp en toute sérénité", précise-t-il.

Actuellement, le nombre d'infections augmente, surtout chez les jeunes, car ils n'ont pas encore été intégralement vaccinés. Le ministre flamand de la Jeunesse ne voit pas là une raison de rendre le dépistage obligatoire pour les camps de jeunes : "Les enfants et les jeunes ne peuvent être vaccinés qu'en dernier recours, il serait plutôt cynique qu’ils en deviennent victimes. Il existe différents secteurs de la société où des activités ont lieu aujourd'hui, chacune avec un risque calculé, pensez au secteur de la restauration ou aux événements. Cela vaut également pour les activités de jeunesse. Les infections ne peuvent être évitées. Mais avec les règles et les protocoles que nous avons, cela peut se faire en toute sécurité", conclut-il.

"Les infections ne peuvent être évitées. Mais avec les règles et les protocoles que nous avons, cela peut se faire en toute sécurité", estime Benjamin Dalle.

Les plus consultés