Les Liégeois priés d'évacuer la ville, la ministre de l'Intérieur déclenche la phase fédérale d'urgence

La gouverneure de la province de Liège faisant fonction et les autorités de la Ville de Liège ont demandé jeudi après-midi aux citoyens d'évacuer le territoire de la Ville de Liège, alors que la Meuse menace de déborder en raison des fortes pluies que subit le sud du pays depuis mercredi. La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a pour sa part déclenché la phase fédérale d'urgence face aux inondations qui touchent le pays.

Le niveau de l'eau ne cesse de monter à Liège. Selon les dernières informations et les estimations communiquées par la Région wallonne, il pourrait monter de 1m50 au-dessus du niveau actuel dans les prochaines heures

"La gouverneur faisant fonction et les autorités de la Ville de Liège demandent aux habitants de Liège qui ont encore la possibilité d'évacuer de le faire. Il leur est conseillé de se diriger vers les hauteurs de Liège. Toutes les personnes qui se trouvent sur le territoire doivent quitter Liège", indique le communiqué. 

Les zones concernées par les conseils d'évacuation sur Liège sont les quartiers de Coronmeuse, Saint-Léonard, Outremeuse et le centre-ville. La crainte se situe principalement au niveau du pont-barrage de l'Île Monsin, actuellement en réparation.

"Si l'évacuation n'est plus possible, il est recommandé aux citoyens vivant notamment au bord de l'Ourthe et de la Meuse de monter à l'étage et de ne prendre aucun risque. La situation de crise est exceptionnelle et la solidarité doit primer", ajoute la bourgmestre faisant fonction Christine Defraigne. Les quais devraient également être prochainement fermés et l'accès à la ville largement réduit.

Des inondations "critiques" pas exclues en Flandre

Au nord du pays, les provinces du Brabant flamand et de Limbourg sont les plus touchées par les inondations. Les intempéries ont ainsi causé de nombreuses inondations de rues et de caves dans le Brabant flamand. Les bourgmestres des communes de Glabbeek et Geetbets, les plus touchées dans la province, évoquent des situations "catastrophiques" et "sans précédent", tandis que les pompiers de Louvain sont submergés d'appels d'urgence. 

Le gouverneur du Brabant flamand, Jan Spooren, a convoqué une réunion de la cellule de crise à 14h00. Selon lui, la situation est la plus préoccupante dans l'est de la province, "où le niveau de cours d'eau pourrait atteindre des seuils critiques en plusieurs endroits", a-t-il indiqué.

Les services de secours sont également à pied d'oeuvre dans le Limbourg. Jeudi matin, les pompiers de la zone Sud-ouest faisaient état de 200 appels pour des dégâts liés aux intempéries. A Hasselt, le Démer, affluent de la Dyle, menace de déborder. La situation est également critique à Saint-Trond, où une réunion de la cellule de crise a été convoquée. 

La ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) s'est par ailleurs rendue jeudi matin dans le village de Mouland, dans la commune des Fourons, où des rues entières sont sous eau et une centaine d'habitations ont été évacuées. 

Selon le portail des gestionnaires des eaux de Flandre, waterinfo.be, les niveaux des cours d'eau continuent jeudi d'augmenter dans le Limbourg, le Brabant flamand et la partie orientale d'Anvers, où des inondations "critiques" ne sont pas à exclure. La Flandre est toutefois moins touchée que la Wallonie, où des cours d'eau en crue ont submergé de nombreuses communes en provinces de Liège, Namur et Luxembourg.

La phase fédérale d'urgence déclenchée

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden a déclenché la phase fédérale d'urgence face aux inondations qui touchent la Belgique, a-t-elle annoncé jeudi à la Chambre. Concrètement, la phase fédérale permet une gestion de la crise à partir de ce niveau de pouvoir. 

"C'est terrible", a commenté Annelies Verlinden, interrogée à ce sujet à la Chambre, avant d'accompagner le Roi dans les régions les plus touchées. "Que doivent ressentir les personnes qui, de façon abrupte, perdent tout ? La situation est extrêmement sérieuse. Nos pensées vont aux victimes." 

La ministre de l'Intérieur a également salué la solidarité internationale qui se met en place, après avoir activé mercredi à 23h30 le mécanisme européen de protection civile. De l'aide en provenance de France, d'Autriche, du Luxembourg et d'Italie a déjà été acceptée.

Le Premier ministre Alexander De Croo a aussi tenu à exprimer son "soutien à toutes les personnes qui souffrent de cette catastrophe." "Je ne voudrais pas me précipiter dans l'analyse. Mais des avertissements existaient depuis des années sur le fait que l'on allait être confrontés à des phénomènes extrêmes. Est-ce que nous prenons ces phénomènes au sérieux? Oui. Mais aujourd'hui, le focus est à 100% pour faire le maximum pour sauver des gens."

Les plus consultés