Jan Jambon s’attend à ce que les intempéries soient reconnues comme catastrophe naturelle

Le ministre président flamand Jan Jambon (N-VA) s'attend à ce que le Fonds des calamités intervienne pour ceux qui ont subi des dommages à cause des intempéries. Il souhaite également que ces affaires soient réglées rapidement, afin que les indemnités puissent être versées au plus vite. Mais avant tout, les sinistrés doivent contacter leur assureur pour lancer le processus d’indemnisation. En Flandre, c'est la province du Limbourg qui a particulièrement été touchée.

Avant qu'une catastrophe naturelle soit effectivement reconnue comme telle, toute une procédure doit être suivie. La compétence relative au Fonds des calamités a été transférée aux Régions. La procédure prend cependant du temps, et le gouvernement flamand attend les avis du Fonds des calamités flamand, de l'Institut royal météorologique (IRM) et de l'administration en charge de l'environnement (Vlaamse Milieumaatschappij).

Sans vouloir s'avancer sur ces avis, le ministre-président flamand  indique que les paramètres pointent clairement dans le sens d'une reconnaissance de calamité.

"Si je regarde tous les paramètres cela sera certainement le cas", a-t-il déclaré ce vendredi matin dans l’émission "De Ochtend" sur Radio 1 (VRT).

Mais toute personne ayant subi des dommages doit d'abord se tourner vers son assureur. Le fonds de catastrophe ne couvre que les sinistres qui ne sont pas couverts par l'assurance incendie ou automobile.  "J'invite chacun à se tourner vers son assureur dans les plus brefs délais pour connaître les possibilités de soutien et d'indemnisation", a ajouté Jan Jambon.

Que fait le Fonds des calamités et que font les compagnies d'assurance ?

Comme le souligne Jan Jambon, la majeure partie des frais devra être couverte par les compagnies d'assurance privées, notamment par l'assurance incendie. Elle n'est pas obligatoire, mais presque tout le monde en possède une. En outre, elle inclut de manière standard une couverture contre les catastrophes naturelles (pour laquelle, soit dit en passant, aucune reconnaissance officielle par le gouvernement n'est requise).

En fait, l'assurance incendie couvre la plupart des choses : les dommages proprement dits à l'habitation, mais aussi le coût du nettoyage. Les personnes qui n'ont pas d'assurance incendie – soit environ 5% de la population - ne peuvent pas faire appel au fonds des calamités s'ils avaient pu souscrire une assurance incendie. Les seules exceptions sont les personnes bénéficiant d'un revenu d'intégration ou d'une allocation équivalente.

L'assurance incendie couvre tout ce qui se trouve à l'intérieur de la maison, tandis que l'assurance automobile couvre les dommages causés à la voiture lorsqu'elle est garée dans la rue.

Et puis, enfin il y a le fonds des calamités qui couvre tout ce qui n'est pas couvert par l'assureur. Par exemple, une voiture délabrée sans l’assurance tous risques. Ce que le fonds de catastrophe ne couvre pas, ce sont les dommages causés à un abri de jardin, à une piscine ou à des objets qui auraient pu être enlevés. Il existe également une franchise de 500 euros, que vous devrez payez toujours vous-même.

Les plus consultés