La Belgique célèbre sa fête nationale dans l’ombre des inondations et du Covid-19

En raison de la pandémie, les célébrations de la fête nationale du 21 juillet seront réduites, mais au lendemain d'une journée de deuil national en hommage aux victimes des inondations qui ont touché la Belgique, les autorités ont décidé de que ce 21 juillet se ferait sous le signe de la sobriété. À noter toutefois que la princesse héritière Elisabeth participera au défilé militaire à pieds et que la princesse Delphine y assistera pour la première fois dans la tribune royale.

Cette journée du 21 juillet, la 140e édition de la fête nationale en Belgique, sera différente des autres années. Nous savons depuis un certain temps qu'en raison de la pandémie de Covid-19, il n'y aura pas de feux d'artifice, ni de grande fête, ni de public massé le long du parcours du défilé militaire. Mais par respect pour les victimes des inondations de la semaine dernière, le programme a encore été restreint.

Te Deum à la cathédrale des Saints Michel et Gudule

Le traditionnel Te Deum aura lieu à 10h, à la cathédrale des Saints Michel et Gudule, à Bruxelles, en présence du Roi et de la Reine. La princesse Astrid et le prince Lorenz se rendront quant à eux au Te Deum de la cathédrale Saint-Quentin, à Hasselt (Limbourg), tandis que le prince Laurent sera à la collégiale Sainte-Waudru de Mons.

Hommage aux héros

Contrairement à l'année dernière, le défilé militaire aura bien lieu, mais il sera beaucoup plus sobre et plus court que prévu : 26 minutes au lieu de 40. En effet, une partie du personnel et du matériel des services d'urgence et de la Défense est actuellement déployée dans les zones sinistrées.

Le défilé militaire et civil partira à 14h de la place des Palais, sans public autorisé. Il sera dédié cette année aux héros de la pandémie: les soignants, les enseignants, la police et les services de sécurité.

Les troupes qui défileront ont été drastiquement réduites. Les hélicoptères ne participeront pas au défilé aérien puisque leur déploiement est réservé aux régions touchées. Les détachements des composantes terre et médicale qui ont été déployés dans le cadre des inondations ne participeront pas non plus au défilé à pied et motorisé. Enfin, la démonstration dynamique de la Défense a été annulée, afin de garantir une disponibilité maximale des unités, détaille la Défense.

Le volet artistique a lui aussi été revu. "Les morceaux interprétés seront adaptés et les artistes adresseront un message particulier, en lien avec les circonstances qui touchent actuellement notre pays", précisent le SPF intérieur et la Défense.
Du côté du défilé civil, les troupes à pied ont également été drastiquement réduites. Le 21 juillet, un détachement composé d'aspirants-commissaires de l'Académie Nationale de Police et d'aspirants-inspecteurs de l'école de Police de Liège défileront, accompagnés par des cadets de la zone de Police Bruxelles-Capitale-Ixelles. Ils ne font pas partie des services de secours actuellement en interventions dans les régions sinistrées.

Enfin, le détachement civil motorisé participant au défilé a également été fortement réduit à quelques véhicules par composante. Quelques véhicules étrangers (luxembourgeois, allemand et français) seront présents afin d'illustrer la collaboration internationale.

Le grand concert au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles ainsi que le Bal National sur la Place du Jeu de Balle à Bruxelles, qui ont traditionnellement lieu la veille de la fête nationale n’ont pas eu lieu non plus.
 

Deux princesses

Cette année, la princesse héritière Elisabeth participera pour la première et sans doute la seule fois au défilé à pied avec son détachement des cadets de l’Ecole Royale Militaire. Et puis la princesse Delphine et son compagnon seront également présent dans la tribune royale de la place des Palais, pour assister au défilé. Pour celle que l’on peut appeler dorénavant “Delphine de Saxe-Cobourg”, il s’agira d’une primeur: la fille du roi Albert II a été reconnue officiellement en tant que telle l’année dernière, après un long combat judiciaire.

Les plus consultés