Les militants gantois qui soutiennent les sans-papiers poursuivent leur mobilisation

Les militants qui occupent un bâtiment de l'Université de Gand en solidarité avec plus de 400 sans-papiers bruxellois, ont décidé de ne pas arrêter leurs actions pour le moment. Mercredi, les sans-papiers de l'église du Béguinage, de l'ULB et de la VUB ont décidé de suspendre leur grève de la faim. Mais les militants gantois attendent une régularisation de ces personnes.  

Depuis le 5 juillet, une trentaine de sympathisants occupent un bâtiment universitaire pour plaider en faveur d'une régularisation. 

"Parce qu'il n'est pas encore clair que la suspension de la grève de la faim est une solution réelle, nous restons ici", a déclaré le porte-parole Jip Van Gool. "Tant qu'il n'y aura pas de régularisation pour les grévistes de la faim, nous continuerons à nous mobiliser."

 Il y aura également une action devant l'hôtel de ville Les militants se disent soulagés que la grève de la faim ait "enfin pu se terminer", malgré les informations faisant état de séquelles permanentes. "Nous regrettons que cela ait pris autant de temps", a ajouté Jip Van Gool. "Nous attendons aussi de voir si cela signifie qu'il y aura vraiment une solution à leur situation, à savoir la régularisation."

La semaine dernière, le recteur de l'UGent, Rik Van de Walle, a indiqué qu'il s'attend à ce que les militants quittent le bâtiment d'ici le 25 juillet. Si les militants ne sont pas partis d'ici là, la police sera appelée.

Les plus consultés