Centrale à gaz de Vilvorde: Van der Straeten refuse de participer pas à la "bataille politique"

"Je ne vais pas participer à une bataille politique" sur le permis pour la centrale à gaz de Vilvorde, a déclaré ce lundi la ministre fédérale de l'Energie Tinne Van der Straeten (Groen) au journal De Morgen et au micro de la VRT dans l’émission "De ochtend" (photo). Elle estime également que les investisseurs doivent pouvoir compter sur le respect des règles. "Si un projet peut être autorisé selon les règles, il doit être autorisé."

La province du Brabant flamand a refusé d'accorder un permis à Engie-Electrabel concernant l'implantation d'une centrale à gaz à Vilvorde. Selon le député Gunther Coppens (N-VA), la centrale émettrait trop d'azote, de CO2 et d'ammoniac. Un avis de sa propre administration, que VRT NWS avait pu consulter, indiquerait cependant le contraire.

La décision provinciale est un revers pour un avenir proche censé se passer de l'énergie nucléaire, puisqu'il faudrait construire deux à trois grandes centrales à gaz en Belgique d’ici 2025. Ce n'est pas un secret que la N-VA, à l'opposition au gouvernement fédéral, ne souhaite pas la fermeture des centrales nucléaires. Elle veut maintenir en activité plus longtemps les deux plus jeunes réacteurs.

À la suite du refus du permis, le président du parti Bart De Wever a d'ailleurs déclaré sur Twitter : "Assez de temps et d'argent gaspillés par la procrastination. Assez d'incertitude créée à cause du dogmatisme. Annulons la sortie du nucléaire et concentrons-nous pleinement sur une politique énergétique durable, fiable et abordable avec l'énergie nucléaire."

Le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte (Vooruit), estime pour sa part que la décision provinciale est teintée d’une motivation politique.

La ministre Tinne Van der Straeten réfute pour sa part toute accusation de dogmatisme. "Si des centrales nucléaires sont fermées c'est parce qu'elles sont trop vieilles, parce qu'elles ne peuvent pas être prolongées, parce qu'elles présentent des fissures par exemple, qu'est-ce qu'il y a de dogmatique là-dedans ? Rien", rétorque-t-elle.

Tinne Van der Straeten ajoutait au micro de Radio 1 qu'elle n'a pas envie de participer à une "bataille politique". "Le gouvernement fédéral n'est pas compétent pour le permis à Vilvorde. Je refuse d'en faire une bataille politique. Il est important que nous puissions construire notre politique énergétique sur la confiance et la sécurité."

Les plus consultés