Belga

Le corps d'un homme trouvé à Trooz: le bilan des inondations passe à 38 morts et un disparu

Une des deux dernières personnes portées disparues après les inondations survenues en Belgique il y a deux semaines a été retrouvée et identifiée mercredi après-midi. C’est ce qu’a annoncé la police fédérale ce jeudi matin. Le bilan officiel fait à présent état de 38 morts.

Le corps retrouvé mercredi est celui d'un homme originaire de Verviers. La police l'a retrouvé à Trooz, en province de Liège. L'équipe d'identification des victimes (DVI) de la police fédérale a pu l'identifier.

"Une femme reste portée disparue", a déclaré An Berger, porte-parole de la police fédérale. "Il y a à présent 38 victimes identifiées", a-t-elle ajouté. Précédemment, le gouvernement wallon avait annoncé que 41 victimes avaient déjà été recensées. On ignore actuellement d'où provient cette différence dans les chiffres.

La police fédérale base son évaluation officielle sur le nombre de victimes identifiées par l'équipe d'identification des victimes (DVI). La porte-parole de la police fédérale a également précisé que ce bilan actualisé reposait sur les données de l'ensemble des gouverneurs de province. La phase fédérale de gestion de crise étant terminée, c'est la police fédérale qui est chargée de la diffusion officielle du nombre de victimes, et non plus le Centre de crise.

Un homme de 72 ans encore recherché

A Esneux, dans les environs de Liège et sur les berges de l’Ourthe, une équipe avec des chiens détecteurs de cadavres et la Cellule d’identification des victimes de catastrophes recherchent encore la dernière personne portée disparue à la suite des inondations. Il s’agit d’un homme de 72 ans, a appris VRT NWS. Le corps sans vie de son épouse a déjà été retrouvé précédemment.

Pour l’équipe de recherche, il est important de pouvoir donner des nouvelles à la famille du défunt. L’homme de 72 ans a été aperçu pour la dernière fois à 300 mètres de l’endroit où les recherches étaient menées ce jeudi.

"Pour nous, il est tout aussi important de retrouver le dernier disparu qu’il ne l’a été de retrouver les premiers corps", expliquait Kris Cardoen, coordinateur des maîtres de chiens détecteurs, à VRT NWS. Mais la présence de l’eau ne facilite pas le travail des chiens.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés