Isopix

La princesse Elisabeth termine sa formation militaire par un stage commando à Marche-les-Dames

La fille ainée du roi Philippe et de la reine Mathilde, âgée de 19 ans, a réalisé un stage de trois jours au centre d'entraînement commando à Marche-les-Dames, en province de Namur. Ce stage intensif de dépassement a mis un terme à son année de formation à l'École royale militaire (ERM), a indiqué le palais royal ce vendredi dans un communiqué. L’étape suivante du parcours de la future reine de Belgique n’a pas encore été révélée. Il pourrait s’agir d’une formation supérieure à l’étranger.

Escalade sur rocher, descentes en rappel, death ride (une sorte de saut en tyrolienne) et dinghy (un type d'embarcation) étaient au programme de ce stage d'entraînement commando de trois jours à Marche-les-Dames. Durant cette formation, la princesse Elisabeth et les autres élèves-officiers ont dû travailler en équipe et faire preuve de courage et d'audace dans un environnement inhabituel, précisait le colonel Van Avermaet, chargée de formation à l’ERM.

Elle a expliqué à VRT NWS que la princesse Elisabeth "s’est bien défendue et distinguée dans tous les domaines, tant militaire, académique, sportif que du point de vue de sa personnalité. Elle a réussi la formation avec brio. Elisabeth est une étudiante que nous avons accueilli avec plaisir chez nous. Elle est très bien intégrée dans le groupe et elle ne s’est pas fait remarquer, ce qui est un compliment".

Isopix

Début juillet, l'héritière du trône avait entamé un entraînement tactique au camp militaire de Lagland à Arlon, avec pour objectif de perfectionner ses compétences et techniques militaires. Ce camp de 24 jours marquait la dernière phase de sa formation de première année à l'ERM en tant qu'élève-officier. "J'ai rencontré des personnes fantastiques et fait de nombreuses expériences", avait conclu la princesse, déclarant avoir réellement apprécié son séjour à l'école militaire.

Elle maintiendra un lien étroit avec ses camarades de promotion, avec l'ERM et la Défense, souligne le communiqué du Palais ce vendredi. Appelée à succéder à son père et à devenir, constitutionnellement, commandante en cheffe des Forces armées, la princesse avait intégré l'ERM le 31 août 2020. Elle y a suivi la première année de cours de la promotion en Sciences sociales et militaires dans le rôle linguistique néerlandophone. Elle est alors devenue la première femme de la famille royale à entrer à l'ERM.

Isopix

Que lui réserve l’avenir ?

Au terme de cette formation, l'avenir académique de l'héritière au trône n'est pas encore connu. Le palais communiquera ultérieurement sur la suite de son parcours. La probabilité est cependant grande que la princesse se rendra à nouveau à l’étranger - comme pour la fin de son cycle d’école secondaire, à l’Atlantic College au Pays de Galle -, comme le font beaucoup de jeunes héritiers. Cela lui permettra de vivre pendant quelques temps encore loin des caméras, alors qu’elle se prépare à son futur rôle de chef d’Etat.

Son père, le roi Philippe, avait lui aussi suivi une formation à l’ERM, avant d’aller étudier à Oxford en Grande-Bretagne, puis à Stanford aux Etats-Unis. Il n’est cependant pas encore confirmé qu’Elisabeth de Belgique poursuivra des études, en Belgique ou à l’étranger. Elle est maintenant déjà trilingue (français, néerlandais et anglais).

Isopix

Marche-les-Dames : un lieu fatal au roi Albert I

Si l’on en croit le communiqué du Palais, c’est un pur hasard que le stage commando de trois jours se soit déroulé dans la localité où l’arrière-arrière-grand-père d’Elisabeth est décédé en 1934. Albert Ier (photo) - époux de la reine Elisabeth mélomane - y a fait une chute mortelle le 17 février 1934 alors qu’il faisait de l’escalade, l’une de ses grandes passions. Son corps a été retrouvé au pied de la roche.

"Le centre commando servant à divers modules de la formation militaire est installé à Marche-les-Dames. Les épreuves comme l’escalade de rochers sont toujours organisées à cet endroit, donc également pour la princesse Elisabeth", précisait le Palais.

Cette page sombre de l’histoire de sa famille ne semblait pas influencer la bonne humeur de la princesse de 19 ans, qui sourit sur une majorité de photos prises par la presse, malgré l’effort physique et de concentration soutenu qu’elle avait à fournir.

Isopix
Isopix
Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés