Anvers veut faire tester tous les résidents proches de l'usine 3M

Tout comme les autorités de Zwijndrecht, la Ville d'Anvers se dit favorable à la réalisation de tests sanguins sur tous les habitants vivant à proximité du site de l'usine chimique 3M à Zwijndrecht, où une forte pollution au PFOS - sulfonate de perfluorooctane, qui appartient à la famille des PFAS ou substances perfluoroalkylées - a été constatée.

"Après la publication des premiers relevés, inquiétants, à Zwijndrecht, nous devons tester tous les Anversois" vivant dans un rayon de trois kilomètres autour de l'usine, a avancé ce jeudi l'échevine en charge de la Santé Els van Doesburg (N-VA). "C'est la seule manière de lever les inquiétudes", a-t-elle poursuivi, ajoutant que l'Agence flamande pour la santé et les soins devait s'y mettre au plus vite.

À l'initiative du collectif citoyen Grondrecht, des échantillons sanguins ont été prélevés sur neuf citoyens habitant à proximité de l'usine chimique. Les résultats montraient des concentrations excessivement élevées de PFAS (substances industrielles toxiques). Les autorités communales de Zwijndrecht ont alors appelé à donner la possibilité à tous les résidents de se faire tester.

La Ville d'Anvers lui emboîte à présent le pas pour la partie de sa circonscription située près du site de 3M. L'Agence flamande pour la santé et les soins mène actuellement des tests sanguins auprès de 800 habitants de Zwijndrecht, mais les autorités locales estiment que ce sont tous les résidents qui devraient pouvoir bénéficier de ce dépistage, afin de déterminer l'impact de la pollution au PFOS sur leur santé.

Les plus consultés