Décès de Sanda Dia : 18 membres du cercle étudiant Reuzegom en correctionnelle

La chambre du conseil de Hasselt a effectivement décidé ce jeudi de renvoyer les 18 membres de l’ancien cercle étudiant Reuzegom devant le tribunal correctionnel, à la suite du décès de l'étudiant Sanda Dia (photo) pendant un baptême extrême. Un recours reste possible pour contester cette décision.

La chambre du conseil a décidé de ce renvoi pour les huit chefs d'inculpation, a précisé la magistrate de presse du parquet du Limbourg, Dorien Vanderheiden. "Cela comprend l'homicide involontaire, l'administration de substances nuisibles ayant entraîné la mort, l'administration de substances nuisibles ayant entraîné une incapacité de travail, traitement dégradant, négligence coupable et encore des violations de la loi sur le bien-être animal réparties sur trois chefs d'inculpation." Si les membres du cercle Reuzegom sont déclarés coupables, ils risquent jusqu’à 15 ans de prison.

Si l'une des parties fait appel, le dossier sera transféré à la chambre des mises en accusation d'Anvers. La date du procès n'est pas encore connue. L’enquête est en cours depuis deux ans et demie.

Le 5 décembre 2018, le club estudiantin avait prévu une épreuve de baptême à laquelle ont pris part l’étudiant ingénieur Sanda Dia, 20 ans, et deux autres "bleus". L'activité avait débuté à Louvain et s'était poursuivie dans un chalet à Vorselaar (province d'Anvers). L'état de santé du jeune homme s'était nettement dégradé après avoir ingurgité de l'alcool et de l'huile de poisson.

La victime, originaire d'Edegem (province d'Anvers), était décédée le 7 décembre 2018 à l'hôpital. L'étudiant souffrait d'hypothermie et plusieurs de ses organes étaient endommagés.

Sven Mary (photo, à g.), l’avocat du père (photo, au centre) de Sanda Dia, s’attend à ce que certains membres du Reuzegom aillent en appel. "Ils vont attendre jusqu’au 20 août, le dernier jour pour interjeter appel. Ils auront ainsi encore gagné 15 jours de temps. Et puis ils vont espérer qu’il faudra encore des mois avant que l’appel soit examiné. Personnellement, je pense que cela ira très vite et que l’affaire pourra être introduite en octobre ou novembre devant le tribunal correctionnel, afin que le procès puisse enfin débuter au début de l’an prochain".

Sven Mary estime que les choses doivent aller vite : "Nous sommes presque 11 mois jour pour jour après la date à laquelle l’affaire aurait dû être portée devant la justice. C’est la faute de la défense. Alors que les avocats déclarent espérer que leurs clients seront vite reconnus innocents. Ils devraient logiquement aussi vouloir alors que le procès commence rapidement ?".

Les plus consultés