Le niveau des nappes phréatiques plus élevé que la normale en de nombreux endroits du pays

En ce début du mois d’août, le niveau d'eau dans les nappes phréatiques est plus important que d'habitude à cette période de l'année, constate le Service public de Wallonie (SPW). En Flandre, les chiffres de l'Agence Flamande de l'environnement, présentés ce vendredi par la ministre Zuhal Demir (N-VA), confirment cette tendance. "Nous avons eu pendant des années des niveaux d’eau trop bas, il est important que la situation se rétablisse maintenant. Mais il ne faut pas penser que tous les problèmes soient résolus avec un été humide", soulignait Marijke Huysmans (VUB), experte des eaux souterraines.

Le mois de juillet a été particulièrement froid et humide en Belgique. Dans l'est du pays, il est tombé plus de deux fois plus de précipitations que la normale. A Uccle, le total de précipitations pour le mois de juillet s'élève à 166,5 mm contre 76,6 mm en temps normal. Dans les provinces de Liège et du Limbourg, le seuil des 200 mm a été largement dépassé.

Cette hausse des précipitations, aidée par une diminution de l'évaporation liée aux températures relativement basses, a entrainé une hausse du niveau de l'eau dans les nappes phréatiques. "Les niveaux actuels des nappes aquifères se situent à des niveaux supérieurs ou nettement supérieurs à ceux observés à dates équivalentes lors des quatre dernières années", confirment le département environnement et eau du SPW. "Cette recharge varie en fonction de l'aquifère considéré et se marque généralement dès le début du mois de juillet 2021 pour atteindre un maximum à la suite des précipitations exceptionnelles de mi-juillet".

Du côté de la Flandre, le niveau des eaux souterraines phréatiques est élevé (25 %) à très élevé (47 %) pour la période de l'année dans environ 7 des 10 stations de surveillance. Dans environ 7 % de ces sites de surveillance, les niveaux des eaux souterraines sont encore faibles (3 %) ou très faibles (4 %), principalement sur des sites où la nappe phréatique réagit plus lentement aux conditions météorologiques.

"Les précipitations continues ont évidemment des conséquences sur le niveau des eaux souterraines", a déclaré la ministre flamande de l’Environnement, Zuhal Demir. "Le rapport montre qu'au début du mois d'août, la Flandre a beaucoup moins de sites avec des niveaux d'eau bas ou très bas et une proportion beaucoup plus importante de niveaux d'eau normaux et élevés par rapport à la situation au début du mois d'août de l'année dernière."

Le niveau de l’eau dans les nappes phréatiques est surtout important pour la nature et l’agriculture, mais aussi pour l’eau potable, qui est tirée pour moitié environ du sol. "Des niveaux bas des eaux souterraines peuvent aussi entrainer des problèmes de qualité de l’eau et de stabilité du sol. Il y a donc suffisamment de raisons pour éviter d’avoir des niveaux d’eau trop bas en souterrain", concluait Marijke Huysmans.

Les plus consultés