© Stefaan Van Hul

Plus de 8 heures par jour en bus pour se rendre à l’école, la Flandre orientale demande des comptes à De Lijn

La province de Flandre orientale souhaite que De Lijn mette en place une nouvelle liaison de bus à Buggenhout car le trajet est beaucoup trop long. Il s'agit du trajet vers l'école provinciale d'enseignement spécialisé de Richtpunt. Le premier élève doit déjà prendre le bus à 5 heures du matin et ne rentre à la maison qu'à 21h30. La ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters (Open VLD), dit qu'elle va chercher une solution structurelle avec De Lijn.

Le transport scolaire de l'enseignement spécial à Buggenhout est organisé par la société De Lijn. Le fait que les trajets en bus soient parfois très longs pour les élèves est une vieux problème,mais il s'aggrave encore. La proposition que De Lijn a élaborée pour le transport des élèves vers l'école provinciale de Richtpunt dépasse toute imagination, estime Kurt Moens (N-VA) de la province de Flandre orientale : "C'est inimaginable. Le premier élève doit partir à 5 heures du matin et il ne sera chez lui le soir qu'à 21h30. Le bus n'arrive à l'école qu'à 10 heures du matin, alors que les cours ont déjà commencé depuis plus d'une heure. Il s'agit d’élèves, je ne peux pas vraiment accepter cela".

Le problème n'est pas neuf

L'école provinciale d'enseignement spécialisé Richtpunt à Buggenhout propose des formations pour les types OV3 et OV4. L'éducation spéciale est subdivisée en différents types selon les besoins et les problèmes des élèves. Kurt Moens : "Nous avons le plus gros problème pour notre formation OV4. Il s'agit d'un cours qui suit le programme de l'enseignement secondaire ordinaire, mais pour les élèves souffrant de troubles émotionnels, de problèmes de comportement ou d'autisme. Par conséquent, ces élèves viennent parfois de très loin.

La conséquence de ces longues distances est que, depuis des années, les élèves doivent souvent passer beaucoup plus de temps dans le bus qu’à l'école. Mais Kurt Moens estime que l'arrangement pour la nouvelle année scolaire est totalement inacceptable : "J'ai informé le cabinet de la ministre compétente Lydia Peeters (Open VLD), car le transport scolaires de l'enseignement spécial est organisé par De Lijn. Je lui ai demandé de trouver une solution à ce problème."
 

Trop peu d'écoles dans l'enseignement spécialisé

Le fait que le transport scolaire soit si long vers des écoles pour élèves ayant des besoins spécifiques est lié au fait qu'il y a trop peu d'écoles qui proposent cet type d’enseignement. La jeune fille qui doit prendre le bus si tôt habite à Vilvoorde, à 30 kilomètres de Buggenhout. Mais aucune école du Brabant flamand ne propose ce type d'enseignement, et les élèves doivent se rendre dans l'école la plus proche.

Kurt Moens : "L'offre est très limitée. Il se peut que les écoles de la région de l'élève soient surpeuplées et qu'il doive alors choisir une autre école, ce qui signifie que des distances très longues. Le fait que le nombre d'élèves de notre école augmente pose aussi un problème."

La directrice Jolien Roef de l'école Richtpunt réagit avec colère : "Le problème n'est pas nouveau. La seule chose nouvelle, c'est que le problème a pris de l'ampleur. Mais le fait que des élèves doivent se lever à 5 heures du matin pour arriver à l'école avec en plus une heure de retard, c'est du jamais vu, même pour nous. Et le problème doit être réglé d'urgence car les cours commencent demain : "Nous avons parlé à De Lijn hier pour voir si les choses pouvaient être améliorées. Mais le problème ne peut être résolu que s'il y a plus de budget."
 

Pour résoudre ce problème il faudrait davantage de bus

L'adjoint contactera De Lijn pour négocier, ajoute la directrice. "J'espère que les choses bougeront et que nous pourrons rassurer les parents. Sinon, ce sera une situation impossible."

Actuellement, deux bus sont utilisés pour amener les élèves à l'école, des quatre coins de la Flandre. Pour résoudre le problème, il faut en avoir plus, ajoute la directrice : "Un bus parcourt 176 kilomètres en une matinée. C'est beaucoup pour un seul bus.
 

"De Lijn doit examiner le problème et trouver une solution".

La ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters (Open VLD), comprend la critique de la directrice. Elle aussi trouve que ces longs trajets en bus sont inacceptables. Elle souhaite que la société de transport De Lijn examine ce problème, qui se pose dans toute la Flandre. "Depuis 2016, des projets pilotes sont en cours à Roulers, Louvain et Anvers, desquels pas mal d'améliorations ont déjà émergé", a expliqué la ministre Peeters à la VRT "Je pense par exemple aux points d'embarquement communs. Nous devrions déployer ce genre de choses dans toute la Flandre. Parce que des enfants qui doivent passer 4 à 5 heures dans le bus, c’est injustifiable."

Vendredi, avec les informations qu'elle a reçues de De Lijn, elle se rendra au conseil des ministres du gouvernement flamand, où elle plaidera pour une solution structurelle.
 

Les plus consultés