Vaudeville à La Panne : le carrousel des bourgmestres met en question le nouveau décret flamand

De brusques changements de majorité survenus ces derniers jours dans la commune côtière de La Panne mettent en question le nouveau décret flamand pourtant destiné à éviter les impasses persistantes.

La semaine dernière, le bourgmestre Bram Degrieck (indépendant) a fait les frais de la nouvelle possibilité introduite en Flandre, pour l'opposition communale, de faire passer une motion de méfiance constructive, ce qui existe déjà en Wallonie.

L'opposition s'est appuyée sur une ex-échevine N-VA et sur le président du conseil communal (indépendant). L'écharpe mayorale a ainsi été conquise par Ann Vanheste (DAS - De Panne Adinkerke Samen), ce qui a poussé Degrieck à introduire un recours au Conseil d'État.

Ce mardi, retournement de situation: le président du conseil a annoncé sa démission, faisant perdre sa majorité à Ann Vanheste. De plus, ni cette dernière ni ses partisans au conseil n'étaient présents à la séance, ce qui a permis de revenir sur la motion de méfiance et de réinstaurer Bram Degrieck au mayorat. 

Lacunes et ambigüités

Selon le politologue de l'université de Gand, Herwig Reynaert, interrogé dans De Ochtend (VRT), le nouveau décret flamand comporte des lacunes, ou du moins des ambiguïtés, que le ministre flamand des Affaires intérieures Bart Somers (Open VLD) doit maintenant clarifier.

Ce dernier refuse toutefois de se prononcer sur le cas de La Panne, disant croire en l'efficacité du nouveau décret. "La motion de méfiance constructive a justement été introduite pour lever les impasses interminables qui ont par le passé paralysé les pouvoirs locaux pendant des mois et parfois même des années. Nous constatons que cet instrument fonctionne pour résoudre rapidement ce genre de confusion", assurait-on au cabinet Somers.

S'il n'est pas exclu que La Panne connaisse encore "quelques semaines" d'incertitudes, le décret est "suffisamment clair", selon le cabinet. "Et puis, en 2024, l'électeur se prononcera sur ce qui s'est passé au niveau local", conclut-il.

Les plus consultés