Le gouvernement flamand débloque 1,8 million d’euros pour le transport des élèves de l’enseignement spécial

La ministre flamande de la Mobilité Lydia Peeters (Open VLD) libère immédiatement 1,8 million d'euros pour le transport des élèves de l'enseignement spécialisé. L'objectif est d’éviter les élèves ne doivent effectuer de longs trajets en bus pour se rendre à l'école. Lydia Peeters espère que les situations les plus pénibles seront résolues d'ici lundi prochain.

"Nous avons déjà libéré environ 1,8 million d'euros pour répondre aux besoins les plus importants", déclare Lydia Peeters. "Mais il faut aussi des solutions structurelles". À cette fin, Mme Peeters met en place un groupe de travail avec son propre cabinet et ceux du Bien-être, de l'Education et des Affaires intérieures.

J'ai aussi demandé à De Lijn de faire tout son possible pour trouver une solution pour tout le monde", a encore déclaré Lydia Peeters. Elle espère que les problèmes seront résolus d'ici lundi prochain.

La première semaine d'école n'a pas été sans problèmes pour divers élèves de l'enseignement spécialisé. Le fait que les trajets en bus soient parfois très longs pour les élèves constitue une récrimination récurrente, mais le problème semble s'aggraver. Certains élèves de l'école provinciale d'enseignement spécial Richtpunt à Buggenhout (Flandre orientale) doivent partir dès 5 heures du matin et n'arrivent à l'école qu'à 10 heures, alors que les cours ont déjà commencé déjà depuis plus d'une heure. Le soir, certains élèves ne rentrent chez eux en bus qu'à 21h30.

Ces problèmes surviennent souvent au début de l'année scolaire. Selon Lydia Peeters, cela s'explique en partie par le fait que l'on ne sait pas encore combien d'élèves se rendent dans telle ou telle école ou simplement parce que le nombre d'élèves dans certaines écoles augmente.

"D'ici la prochaine année scolaire, je ne veux absolument que telles situations surviennent", déclare le ministre Peeters. "Nous avons maintenant une solution rapide à une situation précaire en débloquant des fonds supplémentaires, mais il doit y avoir des solutions structurelles, impliquant des taxis ou des minibus."
 

Les plus consultés