Peter Genyn n’a pas été le seul para-athlète victime de sabotage : "On en voulait à la délégation belge"

Le sabotage du fauteuil roulant du para-athlète Peter Genyn a provoqué une onde de choc dans le monde du sport. Un geste des plus lâches. Et il s'avère maintenant que Peter Genyn n'aura pas été le seul Belge à être la proie de sabotage. "Les fauteuils roulants de Joyce Lefevre et de Roger Habsch ont également été endommagés", a déclaré le journaliste de Sporza, Geert Heremans, dans De Ochtend sur Radio 1 (VRT).

Deux heures avant la finale du 100 mètres, Peter Genyn a trouvé son fauteuil roulant complètement détruit. Les mécaniciens belges ont travaillé dur pour permettre à Genyn de prendre le départ après tout. Ils ont réussi, car notre compatriote a quand même empoché la médaille d’or et a pu s’exprimer avec émotion sur ce sabotage après la course.

Mais il s'avère aujourd'hui que Peter Genyn n'était pas le seul athlète belge à devoir faire face à un sabotage. "La star du sprint en fauteuil roulant Joyce Lefevre a vu ses trois pneus crevés, tandis que le fauteuil roulant de Roger Habsch a également été fortement endommagé", explique Geert Heremans.
"Il semble que quelqu'un visait non seulement Peter Genyn, mais aussi toute la délégation belge."

"Ce qui est étrange, c'est qu'aucun autre pays n'a été confronté au même problème. Cela reste une histoire bizarre, je me demande si nous découvrirons jamais qui est derrière tout cela", a conclu Geert Heremans.
 

Des choses bizarres sont arrivées à moi aussi à Tokyo.
Roger Habsch

Roger Habsch, le Belge qui a remporté la médaille de bronze dans la même course que Peter Genyn, en a également fait l'expérience : "Il se passait des choses bizarres dans le village paralympique."

"J'ai eu une crevaison à cet endroit, avec une crevaison sur toute la longueur de gauche à droite. C'était clairement intentionnel. Et avant-hier, l'axe de ma chaise a également été touché. Cela a été trafiqué. J'en suis sûr."

"C'est incompréhensible. C'est la première fois que cela m'arrive. C'est triste que je doive parler de ça après une course aux Jeux paralympiques. Mais c'est comme ça. Apparemment, tout le monde n'a pas les mêmes valeurs ni les mêmes normes. Pourtant nous sommes tous dans le même sport.
 

Quinze médailles pour la Belgique, un record, et beaucoup d'émotions diverses

Les Jeux Paralympiques ont offert à la Belgique une moisson de 15 médailles (quatre en or, trois en argent et huit en bronze), un record, mais aussi beaucoup d'émotions diverses alors que l'édition 2020 reportée d'un an à l'instar des JO en raison de pandémie de coronavirus, s'achève au stade Olympique de Tokyo dimanche.

Tout comme il y a cinq ans au Maracana de Rio de Janeiro, Peter Genyn a été désigné porte-drapeau belge lors de la cérémonie de clôture deux jours après sa médaille d'or sur le 100m en fauteuil roulant en athlétisme. Un succès qui lui permettait de conserver son titre et d'ajouter une deuxième médaille à son cou après l'argent sur 200 mètres plus tôt dans la semaine.

Peter Genyn (T51) est ainsi l'une des quatre médailles d'or récoltées dans la capitale japonaise par la Belgique avec les deux titres de Michèle George en para-dressage (en individuel test et freestyle, grade V) et celui en tennis de table de Laurens Devos (classe 9).

Les Belges sont montés trois fois sur la deuxième marche du podium pour aller chercher l'argent. Ewoud Vromant (C2) dans le contre-la-montre en cyclisme sur route, Tim Celen (T2) dans la course en ligne de cyclisme sur route, et donc Peter Genyn (200m T51 en fauteuil roulant en athlétisme).

Manon Claeys en para-dressage (en individuel test et freestyle grade IV), Roger Habsch (100m et 200m T51 en fauteuil roulant en athlétisme), Maxime Hordies (H1) et Tim Celen (T2) en contre-la-montre sur route en cyclisme, Florian Van Acker (tennis de table) ainsi que Griet Hoet et Anneleen Monsieur, dans le km en contre-la-montre sur la piste, qui avaient ouvert le compteur des médailles belges, se sont eux parés de bronze.

"De une médaille à Pékin 2008, nous sommes passés à 7 à Londres en 2012, puis 11 à Rio, et maintenant 15 médailles à Tokyo 2020", s'est réjoui le Comité Paralympique belge qui a dû gérer de nombreuses situations durant cette quinzaine.

Avant sa médaille d'argent dans le chrono sur la route, Ewoud Vromant avait, pensait-il, amélioré son record du monde en qualifications sur la piste dans la poursuite sur 3.000m mais, pour une mauvaise position sur la selle, fut disqualifié.

La grosse frayeur est venue de Joachim Gérard, non pas tant de son élimination précoce en 8es de finale du simple et en quarts de finale du double, mais le champion de tennis en fauteuil roulant, vainqueur à l'Open d'Australie et Wimbledon, finaliste à Roland Garros, a été victime d'un malaise mercredi l'amenant d'urgence à l'hôpital où il est en observation pour des problèmes cardiaques, a priori. Il doit faire l'impasse sur l'US Open.
 

Les plus consultés