Le bourgmestre de Vilvorde veut étendre l'usage du Covid Safe Ticket dans sa commune

Le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte (Vooruit), souhaite pouvoir utiliser le Covid Safe Ticket (CST) dans sa commune brabançonne aussi pour les petits événements, les cafés et restaurants, les dancings et les salles de fitness. "Je ne plaide pas pour une obligation générale, mais si un établissement Horeca demande à utiliser le CST, je pense que cela devrait être possible", déclare Bonte (photo archives). "Les bourgmestres devraient pouvoir prendre la décision d'étendre le CST", estime le socialiste. Un pass sanitaire devrait entrer en vigueur à Bruxelles dès le 1er octobre, alors qu’en Flandre et en Wallonie on n’envisage pas encore cette mesure.

"Je donne l'exemple d'un événement qui aurait lieu sur la grand-place de Vilvorde ", explique Hans Bonte. "Il y aurait environ 300 à 350 visiteurs. Les organisateurs sont venus me voir pour me demander s'ils pouvaient rendre le CST obligatoire pour tous ceux qui voulaient participer, pour des raisons de sécurité". Jusqu'à présent, seuls les "événements de masse" étaient autorisés à utiliser le CST. Un "événement de masse" est défini comme un événement réunissant au moins 200 personnes à l'intérieur et 400 personnes à l'extérieur.

"Bien que je veuille l'autoriser, je ne suis pas habilité à le faire, et j'ai donc dû le refuser. Par conséquent, l'événement n'a pas eu lieu", précise le bourgmestre de Vilvorde. Hans Bonte veut donner à ces événements, aux établissements Horeca ou aux salles de fitness la possibilité de travailler également avec un CST, si la demande en est faite. Il lance ainsi un appel au gouvernement flamand.

"S'il existe des arguments valables pour l'application du CST, laissez les autorités locales prendre la décision. A Vilvorde, le taux de vaccination est faible et le nombre d'infections élevé: des raisons suffisantes pour étendre le CST", estime le bourgmestre.

Taux de vaccination faible dans les écoles

Ce mercredi, les élèves de l’athénée de Vilvorde pouvaient recevoir un vaccin contre le coronavirus. C’est la première école en Brabant flamand où des élèves âgés de 12 à 17 ans pouvaient recevoir le vaccin. Plus tard dans la semaine, d’autres écoles secondaires de la commune, mais aussi de la commune de Machelen proposeront le même service.

A Vilvorde et Machelen, le taux de vaccination des adolescents de 12 à 17 ans est en effet peu élevé. Moins de la moitié d’entre eux ont déjà reçu une première dose de vaccin, alors que 80% des jeunes de leur âge ont déjà été vaccinés dans le reste de la Flandre. Les deux communes espèrent rattraper le retard en proposant une vaccination sur place.

"Nous avons une quarantaine d’élèves qui se sont inscrits", indiquait ce mercredi le directeur de l’athénée Ward Brouwers. "En soi, c’est un beau résultat, surtout si l’on compare avec d’autres écoles et régions. Cela témoigne d’une volonté de se faire vacciner". Les écoles secondaires de Zaventem (Brabant flamand) proposeront également d’ici peu une vaccination.

Les plus consultés