Copyright Bernard Gillet

La Flandre veut être mieux préparée aux pluies diluviennes

La ministre régionale des Travaux publics Lydia Peeters (Open VLD) veut mieux préparer la Flandre à de possibles pluies diluviennes à l'avenir, comme celles qui ont frappé la Wallonie mi-juillet dernier. La Meuse avait alors enregistré son plus fort débit depuis le début des relevés en 1911, provoquant des inondations dans le Limbourg notamment dans les communes de Maasmechelen, Lanaken, Dilsen-Stokkem et Maaseik, a rappelé la ministre régionale flamande.

Lydia Peeters a chargé son administration d'étudier les risques d'inondations, de réaliser des analyses d'impacts et autres simulations pour l'avenir. Outre la Meuse, plusieurs cours d'eau flamands avaient aussi enregistré des débits importants en juillet dernier. Il s’agissait notamment de la Demer et la Dyle, affectant aussi le Brabant flamand.

"Il est évident que nous avons échappé à une catastrophe plus grande", estimait jeudi la ministre Peeters. "Des averses extrêmes comme en Wallonie cet été auraient également eu des conséquences dramatiques chez nous". Avec les analyses demandées, le gouvernement flamand entend déterminer les endroits où des investissements sont nécessaires pour prévenir toute inondation à l'avenir.

Selon la ministre des Travaux publics, certains travaux prévus en la matière sont à la traîne depuis plusieurs années déjà. Ceux-ci sont évalués à 1,3 milliard d'euros. Soit autant que le coût des dégâts provoqués par les inondations en Wallonie, pointe la libérale.

Les plus consultés