fotografie peter Hilz (C)

Le gouvernement flamand suspendra fin septembre le soutien aux entreprises touchées par la crise sanitaire

Le mécanisme de soutien des entreprises impactées par la crise du coronavirus prendra fin le 30 septembre en Flandre, annonçait ce vendredi la ministre régionale de l'Économie Hilde Crevits (CD&V). Ce sont d’abord les mesures de protection qui seront suspendues, puis le soutien financier.

Au début de la crise sanitaire, le mécanisme de soutien a été très largement utilisé. Toutes les entreprises qui devaient fermer leurs portes ou subir une lourde perte en chiffre d'affaires pouvaient recevoir une indemnité. Entretemps, la plupart des commerces ont pu rouvrir et les soutiens ont déjà été suspendus pour certains secteurs.

Cet été, des mesures de soutien subsistaient encore pour quelques secteurs fermés, ou qui avaient subi des pertes de leur chiffre d'affaires, comme les hôtels, les discothèques, les dancings et les agences de voyages. Ces soutiens cesseront également fin septembre.

Pour le troisième trimestre, les entreprises pourront toutefois encore percevoir une indemnité, si elles peuvent démontrer qu'elles ont subi une perte de plus de 60 % de chiffre d'affaires. La demande pourra être introduite à partir du 15 octobre.

Du côté du gouvernement fédéral, la question de la prolongation ou non des mesures de soutien devrait être abordée la semaine prochaine.

Nous avons dû fermer les premiers et avons rouvert les derniers : donnez-nous encore 6 mois de soutiens supplémentaires
Gerald Claes du café dansant Charlatan à Gand

Le secteur des boites de nuit se sent néanmoins abandonné, explique Gerald Claes du Conseil de la vie nocturne flamande. "Nous avons dû fermer nos portes les premiers et ne pourront les rouvrir qu’en dernier. Nous avions donc demandé de pouvoir bénéficier d’une aide six mois supplémentaires. Nous demandons aussi une réduction des impôts sur la main-d’œuvre". Claes estime en outre qu’il n’est pas encore clair sous quelles conditions les boites de nuit pourront rouvrir en octobre. Et il craint que tous les clients ne retrouvent pas de sitôt le chemin de la vie nocturne.

Le mécanisme de soutien aux entreprises aura coûté plus de 2 milliards d’euros au total. La ministre flamande à l’Economie Hilde Crevits estime que c’est de l’argent bien investi. "Beaucoup d’entreprises ont ainsi pu survivre à la crise. Le marché de l’emploi et les entreprises s’en sortent à nouveau très bien. C’était une mesure nécessaire. Mais à un certain moment, il faut pouvoir y mettre fin", concluait la ministre Crevits.

Les plus consultés