TERESA CRAWFORD PHOTO

Il n’y aura finalement pas de pause des adoptions internationales en Flandre

Le gouvernement flamand a décidé qu’il n'y aura finalement pas de pause des adoptions internationales en Flandre. La semaine dernière, Wouter Beke (CD&V), le ministre du Bien-être et de la famille, a annoncé qu'il allait recommander une pause de deux ans des adoptions des enfants à l’étranger, en prévision d'une réforme majeure. Mais cette proposition s'est heurtée aux critiques des autres partis de la majorité, la N-VA et l'Open VLD, et elle ne sera donc pas adoptée. Cependant, il y aura un contrôle supplémentaire des pays d'origine.

"Nous allons plutôt regarder au niveau des pays s'il existe des risques, et appuieront sur pause pour ceux-là", a indiqué le ministre du Bien-être Wouter Beke (CD&V). Les candidats adoptants qui sont en phase de préparation peuvent donc poursuivre leur parcours.

Le gouvernement flamand souhaite néanmoins une évaluation supplémentaire à court terme au niveau des pays d'origine. Le Centre flamand pour l'adoption (VCA) doit développer un cadre à cet effet. Concrètement, cela signifie qu'une évaluation supplémentaire sera réalisée pour déterminer quels canaux d'adoption sont ou ne sont pas problématiques. Si c'est le cas, la collaboration sera terminée.

Après le screening du VCA, deux groupes de candidats adoptants seront constitués : ceux pour qui la procédure dans le pays d'origine choisi se poursuit sans plus attendre, et ceux pour qui la coopération avec le pays d'origine n'est plus possible. Pour ce deuxième groupe, les adoptants auront la possibilité de se réorienter vers les pays d'origine avec lesquels la Flandre souhaite encore coopérer.

Les candidats adoptants qui sont encore en phase de préparation peuvent donc poursuivre leur trajectoire. Une fois les changements juridiques et organisationnels effectués, ils s'appliqueront aussi à ce groupe et à tous les nouveaux candidats adoptants. Ceux-ci peuvent continuer à postuler.
 

Les plus consultés