Hilde Crevits souhaite un cadre pour un passe sanitaire mais pas une obligation généralisée

La ministre flamande Hilde Crevits (CD&V), souhaite que son exécutif élabore un cadre d'utilisation d'un passe corona en Flandre mais n'est pas partisane d'une mise en œuvre générale de la mesure, a-t-elle expliqué dimanche au cours de l'émission "De Zevende Dag" (VRT).

"Dans beaucoup d'endroits, les gens sont vaccinés à 90 ou 95%. On doit pouvoir, pour une partie, retrouver sa liberté totale", a-t-elle expliqué.

Le gouvernement bruxellois se prépare à élargir l'usage du Covid safe ticket dans la capitale où le taux de vaccination demeure trop faible. Un accord de coopération a été entériné en comité de concertation la semaine passée. Il permettra aussi bien à la Région bruxelloise qu'aux autres entités d'introduire la mesure à partir du 1er octobre.

L'obligation du Covid safe ticket à Bruxelles dans des secteurs comme l'Horeca peut poser des problèmes dans la périphérie car des Bruxellois pourraient être tentés de s'y rendre pour ne pas présenter cette forme de passe sanitaire. La Flandre devrait donc soit être en mesure de généraliser elle aussi l'usage du Covid safe ticket, soit l'introduire dans des endroits où le taux de vaccination est trop faible. Selon quels critères? La décision n'est pas encore prise. La ministre CD&V a évoqué la semaine passée un taux de 70%, un taux toutefois largement atteint dans de nombreuses zones.

L'introduction généralisée d'un passe corona "n'est absolument pas l'objectif", a-t-elle ajouté. La ministre plaide néanmoins pour un cadre limité à une courte période de manière à éviter "une surenchère entre bourgmestres" et à créer de la confusion dans l'esprit des citoyens sur l'application de règles qui varieraient d'une commune à l'autre.
 

Les plus consultés