La police d’Anvers ouvre une enquête après la diffusion d’autocollants anti-LGBTQ

Depuis ce dimanche matin, la police d'Anvers a reçu plusieurs signalement concernant l'apparition d'autocollants anti-LGBTQ dans les rues de la métropole. On y voit un drapeau arc-en-ciel barré avec les mots "simplement normal". La cellule diversité de la police d'Anvers a ouvert une enquête.

L'écrivaine et militante Fleur Pierets a posté une photo de l'autocollant sur Instagram. "Plusieurs personnes m'ont envoyé une photo de cet autocollant. On dirait qu'il y en a partout à Anvers", a-t-elle écrit.

L'autocollant, avec les mots "simplement normal", est clairement dirigé contre la communauté LGBTQ (l'abréviation de Lesbian, Gay, Bi, Trans et Queer).
Dans un nouveau message publié aujourd'hui, Fleur Pierets appelle toute personne qui aperçoit cet autocollant à le signaler à la police. Cela fait l'objet d'un suivi, déclare le porte-parole Willem Migom de la police d'Anvers.

"Nous avons déjà reçu plusieurs signalements depuis ce matin. Je ne peux pas encore donner un chiffre exact, mais notre cellule diversité est en train de compiler tous ces rapports. Un rapport officiel sera également établi, non seulement pour appel à la haine, mais aussi pour vandalisme. Car les autocollants se retrouvent aussi sur des vitrines et du mobilier urbain."

Les autocollants ont déjà été repérés à divers endroits de la métropole, mais surtout dans le nord de la ville, autour du Seefhoek, du Dam et du Park Spoor Noord.
 

Les plus consultés