Quelles sont les personnes qui ne sont pas encore vaccinées et quelles sont leurs raisons ?

Les personnes qui n'ont pas été vaccinées contre le coronavirus représentent désormais une minorité en Belgique. De nombreux sceptiques ont finalement opté pour le vaccin après en avoir parlé à leur médecin traitant, à leur pharmacien ou simplement parce qu'ils voulaient pouvoir voyager librement. D'autres continuent à avoir des doutes ou sont certains de ne pas vouloir être vaccinés. De qui s'agit-il ? Pourquoi ne veulent-ils pas du vaccin anti-Covid ? Est-ce une mauvaise expérience passée en matière de vaccination ou alors une méfiance à l’égard de nos gouvernants ? Toutes les personnes non vaccinées ne sont pas des anti-vax, loin de là.

Environ 26% de la population totale n'est pas ou pas encore vaccinée. Ainsi les enfants de moins de douze ans ne sont pas encore vaccinés. Dans le reste de la population, la vaccination est particulièrement faible chez les plus jeunes. Cela peut s'expliquer en partie par le fait qu'ils sont les derniers à bénéficier de la campagne de vaccination.

Voir le tableau ci-dessous : les personnes non vaccinées par catégories d'âge

Bien qu'il s'agisse d'une faible différence, on constate que les hommes âgés de 16 à 54 ans se vaccinent légèrement moins que les femmes de ces mêmes tranches d'âge. Chez les hommes plus âgés (55 à 64 ans), on constate exactement le contraire. Mais parmi les plus de 85 ans, les femmes ont été plus nombreuses que les hommes à opter pour la vaccination contre le coronavirus.

Plus de personnes non vaccinées dans les grandes villes

Les différences sont importantes entre la Flandre, Bruxelles, la région germanophone et la Wallonie. En Flandre, 90% de la population adulte est entièrement vaccinée, en Wallonie 79%, dans les Cantons de l'Est 74% et à Bruxelles seulement 63%. 

Les personnes qui ont choisi de ne pas se faire vacciner ont tendance à vivre dans les grandes villes. Même une grande ville comme Anvers a un taux de vaccination inférieur à la moyenne flamande.

Si l'on regarde la couverture vaccinale par commune, on constate qu'elle est plus faible dans les grandes villes. Un ensemble de facteurs joue un rôle dans ce domaine. Par exemple, les cinq communes bruxelloises qui comptent le plus grand nombre d'adultes non vaccinés (Molenbeek-Saint-Jean, Saint-Josse-ten-Noode, Koekelberg, Bruxelles-ville et Anderlecht), sont aussi celles où l’on trouve le plus grand pourcentage de personnes défavorisées et d'origine non européenne.
 

Voir le tableau ci-dessous : le pourcentage de personnes non vaccinées par commune

Quels sont les facteurs qui jouent également un rôle ?

"À Bruxelles, par exemple, il y a seulement 1 000 médecins généralistes alors qu’il en faudrait 1 400 pour soigner la population au même niveau qu'en Flandre", explique Jan De Maeseneer. "En Flandre, ces 50 dernières années, l'accent a été mis sur les soins de première ligne. Cela crée également plus de confiance entre le patient et son médecin."

D'autres obstacles pour atteindre les gens ont une composante sociale, poursuit Jan De Maesenaar : "Il y a aussi la vulnérabilité économique et le fait de rendre l'information compréhensible."

"Il faut faire très attention à la stigmatisation", soulignent Jan De Maesenaar, professeur de médecine générale à l'UGent, et Stefaan Van der Borght, gestionnaire de la zone de soins d'Anvers. "Il y a de très nombreux facteurs qui jouent un rôle". Le responsable de la population de la zone de première ligne à Anvers, Stefaan Van der Borght, le confirme. "La langue est parfois un problème. Nous constatons également que le niveau d'éducation joue un rôle, voire une méconnaissance de l'informatique."

Lors des campagnes de vaccination où l'on s'adresse directement aux gens, le personnel constate aussi que certains ne se sont pas encore fait vacciner par nonchalance, ou une forme de procrastination.

"On peut largement diviser les anti-vax en deux groupes", ajoute Van der Borght. "Vous avez les personnes très instruites qui ne croient pas à la médecine conventionnelle et d'autre part les personnes sensibles aux théories du complot, elles ont souvent une grande méfiance envers le gouvernement."
 

Les plus consultés