Les indicateurs de santé mentale restent préoccupants surtout chez les jeunes adultes

Les problèmes de santé mentale des Belges sont toujours plus élevés qu'avant la période corona, ressort-il clairement de la nouvelle enquête de santé de l'Institut Sciensano. Ce qui est frappant, c'est que la situation est particulièrement préoccupante chez les jeunes adultes.

Il s'agit de la septième enquête sanitaire depuis le début de l'épidémie. Les chiffres sont basés sur les données du mois de juin, lorsqu'une série d'assouplissements des mesures corona ont été mises en œuvre. L'étude portait principalement sur la santé mentale.

Il en ressort que la situation s'est améliorée par rapport à l'étude précédente menée en mars, mais qu'elle est toujours "plutôt mauvaise" par rapport à la situation normale, explique le chef de projet Stefaan Demarest. Pour sa comparaison avec une situation "normale", Sciensano prend en considération l'enquête nationale sur la santé menée en 2018.

En juin 2021, 15% de la population adulte était touchée par un trouble dépressif et 16% par un trouble anxieux. Ces prévalences sont inférieures de cinq points de pourcentage par rapport aux deux études précédentes, mais restent néanmoins supérieures de cinq points de pourcentage par rapport à 2018.

Et comme l'ont montré les précédentes enquêtes Covid-19, la fréquence de ces problèmes de santé mentale varie avec l'âge. Par exemple, les jeunes adultes (18-29 ans) sont toujours les plus touchés par l'anxiété (27%) et les symptômes dépressifs (24,5%), tandis que les personnes âgées (65 ans et plus) sont les moins affectées (7% et 6% respectivement).
 

Les plus consultés