L' étudiant grièvement blessé à Gand toujours aux soins intensifs, la présence policière renforcée

Dali van Buynder (20 ans), le vice-président du cercle d'étudiants de la faculté des sciences politiques et sociales de l’université de Gand (UGent) a été retrouvé grièvement blessé en rue samedi soir après une sortie dans la nuit de vendredi à samedi. Le parquet a ouvert une enquête. Le quartier estudiantin a été marqué par une série d'incidents dans la nuit de vendredi à samedi, le bourgmestre de Gand Mathias Declercq (Open VLD) a annoncé un renforcement de la présence policière.

La victime âgée de 20 ans et originaire de Sint-Nikaas ( Flandre orientale) était de sortie vendredi soir dans le quartier des étudiants de Gand, à la Overpoortstraat. Il avait quitté un café situé dans cette rue vers quatre heures et demi du matin mais n'est jamais rentré chez lui. C’est seulement vers 17h30 samedi soir, soit treize heures après avoir quitté le café, qu’un passant l'a découvert dans la Jozef Plateaustraat avec une large blessure à la tête. Il est actuellement hospitalisé.  

Violence gratuite ou agression pour commettre un vol ? Le parquet de Gand a ouvert une enquête sur ce qui est arrivé à cet étudiant. Son cercle Politeia, de la Faculté des sciences politiques et sociales, a lancé un appel à témoins via les réseaux sociaux.

Renforcement de la présence policières à Gand après une série d’incidents

Le bourgmestre de Gand Mathias De Clercq (Open VLD) va renforcer la présence policière dans le quartier estudiantin Overpoort après plusieurs incidents le week-end dernier. Sur base d'un rapport administratif, Mathias De Clercq veut également imposer une zone interdites aux fauteurs de troubles. Mais les contrôles d'accès systématiques, comme le demandent certains commerçants ne seront pas introduits.

La Overpoortstraat est l’épicentre de la vie estudiantine à Gand. Avec plus de 35 cafés qui se côtoient, c’est le quartier généralement fréquenté par les étudiants. Plusieurs incidents y ont eu lieu vendredi soir. La police a dû intervenir lorsqu'une centaine de jeunes s'y sont livrés à des débordements, notamment en lançant des bouteilles. Au cours de plusieurs interventions, certains agents ont été blessés. Les propriétaires de cafés parlent des pires émeutes depuis des années. On ne sait pas encore s'il y a un lien avec ce qui est arrivé à l'étudiant Dali van Buynder.

Certains propriétaires d'établissements plaident pour des contrôles aux entrées et sorties de l'Overpoortstraat. Ils disent que les fauteurs de trouble vont délibérément dans le quartier des étudiants. "Ce ne sont pas des étudiants, que nous voyons aussi ici même pendant la semaine, certains viennent de Bruxelles d’autres du nord de la France", a déclaré le propriétaire du pub Tim Joiris à Radio 2 Oost Vlaanderen.

Il s'agirait donc de visiteurs qui viennent de l'étranger avec l'intention de chercher la bagarre.

Mathias De Clercq a renforcé la présence policière dans l'Overpoort et a promis des contrôles supplémentaires. Il a demandé un rapport administratif au chef de la police. Sur la base de ce rapport, il peut imposer une zone interdite aux fauteurs de troubles.

Le contrôle systématique de l'accès à l'Overpoortstraat ne sera toutefois pas mis en œuvre. Le bourgmestre rappelle qu'il s'agit d'une voie de circulation où les gens vivent et travaillent. "Il est important que l'Overpoort, qui est le quartier des sorties le plus important pour les étudiants, reste un lieu décontracté", déclare Mathias De Clercq. La police elle-même n'est pas non plus favorable à des contrôles d'accès systématiques.
 

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés