Zennah, la chienne de la police fédérale capable de détecter les traces de sperme

La Direction d'appui canin de la police fédérale a présenté mardi sa chienne Zennah. Cette chienne "mœurs", comme l'appelle la police fédérale, peut être utilisée pour rechercher des traces de sperme dans le cadre d'une enquête sur des violences sexuelles. Si la victime ne se souvient par exemple pas de l'endroit précis où elle a été violée, la chienne pourra être déployée pour repérer l'endroit exact où l'agression s'est produite. Les traces de sperme pourront ensuite être préservées afin d'identifier le violeur grâce à l'ADN. Il s'agit d'une première en Belgique.
 

Zennah peut détecter des échantillons jusqu'à 0,1 millimètre de volume et jusqu'à dix jours après le viol. "Mais cela dépend de différents facteurs comme le type de surface, la température, la quantité de sperme éjaculée, etc.", explique l'accompagnateur de la chienne, Simon Sterken.

Zennah peut désormais être utilisée dans tout le pays. La chienne a été offerte à la police fédérale par son homologue néerlandaise, qui utilise des chiens de mœurs depuis 2015 déjà. La formation de Zennah a duré environ cinq mois en Belgique et avant, elle avait déjà été entraînée aux Pays-Bas. Un deuxième animal est en train d'être formé en Belgique.

Selon un sondage réalisé en 2020 par Amnesty International et SOS Viol, une femme sur cinq a déjà été victime de viol et près de la moitié des victimes de violence sexuelle y ont été exposées pour la première fois avant l'âge de 19 ans.

"Le nombre de viols en Belgique reste trop élevé. On compte huit plaintes par jour mais en réalité, il y a dix fois plus de viols", a déclaré le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open VLD). "Ce chiffre noir est énorme et nous devons donc déployer toutes les techniques possibles pour identifier les suspects car c'est souvent la parole de l'une contre la parole de l'autre dans ces affaires."
 

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés