Après le suicide d’un agriculteur, un éleveur d’Ypres demande d’envoyer des lettres aux ministres

Philip Fleurbaey, un agriculteur d'Ypres (Flandre occidentale), a lancé une campagne d'envoi massif de lettres à la ministre Hilde Crevits et à sa collègue Zuhal Demir pour dénoncer la situation insupportable des agriculteurs. "Nous devons raconter ce que nous vivons tous les jours aux ministres compétents, alors écrivez des lettres, allez-y crachez leur le morceau" ("Spuug het der ut") lance-t-il à ses collègues sur les réseaux sociaux.

Philip Fleurbaey est un éleveur de vaches laitière à Ypres, en Flandre occidentale. "Je vends mes produits au prix d'il y a 30 ans", raconte-t-il. Selon lui, le secteur agricole connaît sa pire crise depuis des décennies. Non seulement sur le plan financier, mais aussi sur le plan mental, de nombreux agriculteurs sont au bout du rouleau. La semaine dernière, un collègue agriculteur s’est donné la mort parce que sa situation devenait insupportable, et c'est ça qui a fait réagir Philip Fleurbaey. 

 "J'ai dit que ça ne pouvait plus continuer comme ça. Des mesures doivent être prises. C'est pourquoi j'ai lancé cette campagne d'envoi massif de lettres sur Facebook", explique Philip Fleurbaey.

L'idée est que des collègues agriculteurs écrivent des lettres en masse à la ministre flamande de l'Agriculture Hilde Crevits (CD&V) et à sa collègue flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA). Ils peuvent aussi envoyer leur récit par courrier, de manière anonyme, aux organisations agricoles. "Cela ne peut pas continuer comme ça. Les choses vont mal finir, il faut que quelque chose change", conclut Philip Fleurbaey.

La ministre de l'Agriculture soutient cette action

La ministre flamande de l'agriculture, Hilde Crevits, a déjà reçu six lettres d'agriculteurs relatant leur histoire personnelle. Elle comprend et soutient même cet appel. 

"Les agriculteurs méritent le respect. Cela veut dire un revenu décent et la certitude qu'ils auront suffisamment de terres agricoles. Les Flamands doivent également prendre conscience du rôle important des agriculteurs et des produits qu'ils cultivent. Quand on voit les prix auxquels notre viande de porc, par exemple, est vendue, c'est insupportable. Et en tant que ministre de l'Agriculture, j'ai un rôle à jouer".

Les plus consultés