Seul un tiers des élèves wallons suivent les cours de néerlandais à l’école

Jamais encore les cours de néerlandais n’auront eu aussi peu de succès dans les écoles wallonnes. L’an dernier, seul un élève sur trois en première secondaire avait choisi le néerlandais comme première langue étrangère. C’est le pourcentage le plus bas jamais enregistré. L’anglais gagne en revanche en popularité auprès des écoliers wallons : 64% d’entre eux l’ont choisi comme seconde langue. Alors que le néerlandais reste essentiel dans beaucoup de domaines d’activités professionnelles pour trouver un emploi, la question se pose à nouveau : faut-il imposer l’apprentissage du néerlandais dans les écoles wallonnes ? Comme c’est le cas dans les écoles francophones de la Région bruxelloise.

Le désintérêt pour le néerlandais comme première langue étrangère dans les écoles de Wallonie n’est pas nouveau. La tendance se dessine de plus en plus clairement depuis de nombreuses années déjà. Il y a dix ans environ, autant d’élèves de première secondaire choisissaient le néerlandais que l’anglais comme deuxième langue. Mais depuis lors, la popularité du néerlandais bat de plus en plus de l’aile.

L’an dernier, seuls 34% des élèves wallons de première secondaire ont ainsi opté pour le néerlandais - c’est le pourcentage le plus bas jamais enregistré. Et 64% des élèves avaient choisi l’anglais comme première langue étrangère, alors que 2% préféraient apprendre l’allemand.

"Le néerlandais a toujours eu la vie dure en Wallonie, mais la situation s’est encore dégradée", commente le journaliste Christophe Deborsu (RTL), qui est l’un des Wallons les plus connus résidant en Flandre. "Le néerlandais est une langue difficile et l’anglais est aussi plus populaire grâce aux média sociaux, à l’internet et l’informatique", explique le journaliste francophone.

Il estime d’autre part que "la percée du parti nationaliste flamand N-VA joue un rôle important. Beaucoup de Wallons estiment qu’il ne vaut pas la peine d’apprendre le néerlandais si la Belgique est vouée à être divisée en deux prochainement. Je l’entends dire sans cesse", souligne Deborsu (photo archives).

Certains Wallons qu’il a interrogés affirment cependant regretter de ne pas avoir appris le néerlandais à l’école, parce qu’ils en ont besoin au niveau professionnel, notamment lorsqu’ils travaillent en Région bruxelloise dans les secteurs qui impliquent des contacts avec les clients. Certains affirment souhaiter que le néerlandais soit obligatoire dans les écoles wallonnes.

En Flandre, le français fait encore partie des matières obligatoires. A Bruxelles, tant le néerlandais que le français sont des matières obligatoires. En Wallonie par contre, le choix est encore laissé aux écoliers. Néanmoins, des voix plaident de plus en plus fort pour que le néerlandais devienne une langue étrangère obligatoire dans les écoles wallonnes.

Les plus consultés