fotografie peter Hilz (C)

Les Bruxellois auront bientôt plus d’opportunités de travail en Flandre

La commission des Affaires économiques du Parlement bruxellois a donné son feu vert, ce mercredi, à un projet d'ordonnance destiné à offrir plus d'opportunités aux Bruxellois de trouver du travail en Flandre. Le projet a été déposé par le ministre bruxellois de l'Emploi Bernard Clerfayt.

En 2019, quelque 57.000 Bruxellois traversaient chaque matin les frontières régionales pour aller travailler en Flandre. Selon le ministre de l'Emploi, ce chiffre n'a jamais été aussi élevé puisqu'en 2010, ils étaient 43.000 - ce qui représente une augmentation de 30% de plus en 10 ans. Néanmoins, ce nombre peut encore augmenter.

Les marchés de l'emploi bruxellois et flamand sont confrontés à des besoins complémentaires. La Flandre fait face à un important besoin de main d'œuvre - 66% des postes vacants se situent en Flandre - et Bruxelles dispose d'un vivier important de travailleurs - on compte en Région bruxelloise près de 90.000 demandeurs d'emploi. En adoptant un nouvel accord de coopération entre la Flandre et Bruxelles, repris dans la future ordonnance, davantage de Bruxellois auront accès au marché de l'emploi flamand, qui offre de nombreuses opportunités notamment dans la périphérie bruxelloise.

"Les bassins industriels ont quitté Bruxelles pour aller s'installer sur des territoires moins densément peuplés, autour de la capitale, mais sont toujours à la recherche de main d'œuvre, parfois peu qualifiée", juge le ministre Clerfayt. Concrètement, le nouvel accord de coopération améliorera l'échange automatique de toutes les offres d'emploi entre Actiris et son pendant flamand le VDAB. Auparavant, seules 1.500 offres du VDAB étaient transmises à Actiris chaque année, et uniquement pour des emplois infraqualifiés.

Un parcours de formation sur mesure pour les chercheurs d'emploi bruxellois sera mis en place par le VDAB, afin de répondre aux besoins du marché de l'emploi flamand. Et pour cerner au mieux ces attentes et garantir les formations adéquates, une analyse conjointe du marché de l'emploi sera réalisée. Enfin, pour répondre aux besoins des employeurs, un service de recrutement conjoint Actiris/VDAB sera instauré, afin de lutter contre les pénuries de main d'œuvre en Flandre et d'offrir plus d'opportunités aux chercheurs d'emploi bruxellois.

"L'emploi doit être la priorité absolue de cette rentrée. La reprise se fait sentir et le nombre d'offres d'emploi augmente. Ces opportunités, il faut que les Bruxellois en profitent. Ce nouvel accord de coopération entre nos deux Régions, c'est donc du gagnant-gagnant", conclut Bernard Clerfayt.

Les plus consultés