ROBIN UTRECHT

Presque tous les seniors de plus de 65 ans recevront une 3e dose de vaccin d’ici la fin de l’année

Les ministres de la Santé sont parvenus à un accord ce mercredi - au sein de la Conférence interministérielle (CIM) - sur le déploiement précis du rappel de vaccination contre le Covid-19 pour tous les citoyens âgés de 65 ans et plus. Les centres de vaccination critiquent le manque de clarté au sujet des endroits où ces troisièmes doses seront administrées.

La troisième dose sera administrée au moins quatre mois après la deuxième dose d'un vaccin AstraZeneca ou la dose unique de vaccin Johnson & Johnson, et au moins six mois après la deuxième dose d'un vaccin Moderna ou Pfizer. Le rappel se fera toujours avec un vaccin à ARN messager, c’est-à-dire Pfizer ou Moderna.

La semaine dernière, la Conférence interministérielle Santé avait déjà décidé que tous les citoyens de plus de 65 ans recevraient également un rappel de vaccin, après les résidents de maisons de repos et soins et les personnes présentant des facteurs de comorbidité. Les ministres ont ainsi suivi un avis positif du Conseil supérieur de la santé. L'objectif est de fournir une protection supplémentaire pour l'immunité du groupe cible concerné.

Les convocations se feront par âge décroissant. Ce sera donc d'abord le tour des plus de 85 ans. En outre, les patients et les résidents âgés des résidences services, des centres de soins de jour, des services psycho-gériatriques et des maisons de soins psychiatriques se voient également proposer une troisième dose. Enfin, toutes les personnes (y compris celles de moins de 65 ans) atteintes du syndrome de Down sont ajoutées au groupe des personnes immunodéprimées.

"Pour les autres personnes de moins de 65 ans, qui sont entièrement vaccinées, les études scientifiques actuelles montrent que leur protection contre l'hospitalisation et les formes graves de la maladie reste suffisamment haute jusqu'à présent", relèvent les ministres de la Santé. "Pour elles, un booster n'est donc pas nécessaire pour le moment. Toutefois, les études en cours restent suivies en continu par le Conseil Supérieur de la Santé, la Task Force Vaccination et la CIM", ajoutent les ministres.

Isopix

Les centres de vaccination mécontents

Où les personnes de plus de 65 ans recevront-elles leur 3e dose ? Les centres de vaccination étaient en effet censés fermer début octobre, mais la campagne pour la 3e dose forcera au moins une partie d’entre eux à rester ouverts plus longtemps. Ils seront obligés de trouver suffisamment de personnel soignant pour administrer les rappels. Leur mécontentement est palpable.

"Le défi sera de trouver et de motiver à nouveau suffisamment de personnes pour venir effectuer les vaccinations", expliquait à VRT NWS  Cindy De Roeve du centre de vaccination de Brasschaat. Nombre d’autres centres sont mécontents de ne pas savoir s’ils doivent rester ouverts plus longtemps et reprochent aux ministres de communiquer si tard. Garder un centre ouvert ou le redémarrer rapidement n’est pas simple. Aussi faut-il que le lieu dans lequel il se trouve soit encore disponible au-delà de mi-octobre.

"Nous avions 95 centres de vaccination en Flandre, dont 80 sont encore opérationnels actuellement", précise le ministre flamand de la Santé, Wouter Beke (photo). "Nous allons nous concerter avec ces centres et essayer de conserver ouvert pendant les mois à venir au moins un centre par zone de première ligne. Mais ce ne sera pas aisé", reconnait le ministre. Le gouvernement flamand devrait donner vendredi plus de détails sur les centres de vaccination qui resteront ouverts plus longtemps.

Les plus consultés