Chargement lecteur vidéo ...

Le masque : où peut-on l’enlever, où faut-il encore le garder ?

A partir de ce 1er octobre, une série de mesures de prévention contre la propagation du coronavirus sont assouplies, à la suite de la décision du Comité de concertation du 17 septembre d’établir un socle de mesures fédéral sur lequel les Régions sont libres de greffer des règles plus strictes. Ainsi en Flandre, où le pourcentage de vaccinations est élevé, les assouplissements sont nombreux, notamment en ce qui concerne le port du masque buccal. Il peut être abandonné dans les cafés et restaurants, les magasins, sur beaucoup de lieux de travail et dans les écoles. A Bruxelles mais aussi en Wallonie (la décision y date de ce jeudi), les mesures en vigueur jusqu’à présent ne sont pas levées - et cela concerne aussi le port du masque -, mais le Covid Safe Ticket sera introduit dans un certain nombre d’endroits.

En Flandre, le masque peut être abandonné :

- Sur le lieu de travail, à moins que l’on travaille dans un secteur où le masque reste obligatoire au niveau fédéral (voir plus loin dans le texte)
- Dans l’enseignement, tant pour les élèves que les enseignants, aux niveaux de la maternelle, de l’école primaire, l’école secondaire et l’enseignement supérieur. Dans ce dernier, certaines écoles supérieures et universités se montrent plus sévères et les étudiants doivent conserver le masque lorsqu’ils se déplacent, même dans les auditoires.
- Dans les académies artistiques et de musique et dans l’enseignement de promotion sociale
- Dans les magasins, personnel et clients ne doivent plus mettre de masque.
- Dans l’Horeca (cafés, restaurants et hôtels), tant les clients que le personnel ne doivent plus porter de masque, même lorsqu’ils se lèvent pour aller aux toilettes, par exemple
- Pour les événements rassemblant moins de 500 personnes à l’intérieur et moins de 750 personnes à l’extérieur, le masque ni le maintien d’une distance de 1,5 mètre ne sont plus obligatoires. Le Covid Safe Ticket ne sera pas exigé. Il sera par contre nécessaire pour les événements rassemblant davantage de monde si les organisateurs ne veulent pas imposer une distanciation sociale.
- Les dancings, discothèques et boites de nuit peuvent rouvrir leurs portes après 18 mois de fermeture, à condition d’assurer une ventilation suffisante. Les clients devront montrer un Covid Safe Ticket (CST), pour prouver qu’ils sont complètement vaccinés ou qu’ils ont tout récemment effectué un test PCR négatif.

DLE

Le masque buccal reste obligatoire :

- Dans toute la Belgique et pour les personnes de plus de 12 ans dans les gares et aéroports, dans les bus, trams, métros, trains, avions et les salles d’attente fermées. Aux arrêts qui se trouvent à l’air libre, le masque peut être enlevé.
- Dans les établissements de soins de tout le pays, comme les hôpitaux et les maisons de repos et de soins.
- Pour les métiers de contact médicaux et non-médicaux, comme les coiffeurs et les salons de beauté. Tant le personnel que les clients doivent garder le masque.
- Lors d’événements à l’intérieur, comme les concerts, les compétitions sportives ou les congrès qui rassemblent plus de 500 personnes et où le CST n’est pas réclamé.
- A Bruxelles mais aussi en Wallonie - la décision du gouvernement wallon date de ce jeudi - le port du masque n’est pas encore assoupli ce 1er octobre, en raison d’un taux moins élevé de vaccination qu’en Flandre. Ce sont donc les règles en vigueur jusqu’à ce 30 septembre qui persistent. Le masque doit être conservé au travail, dans l’Horeca, les magasins, les rues commerçantes, sur les marchés, dans l’enseignement (y compris l’enseignement néerlandophone à Bruxelles).

Dès ce 1er octobre dans la Région Capitale et dès le 15 octobre en Région wallonne, le Covid Safe Ticket pourra être exigé dans les discothèques, pour les événements de plus de 50 personnes à l’intérieur et plus de 200 personnes à l’extérieur, dans les cafés et restaurants. Ceci permettra alors aux clients et visiteurs de retirer le masque.

Les plus consultés