La marque Thalys devrait disparaître après la fusion avec Eurostar

Les compagnies de trains à grande vitesse Eurostar et Thalys reprennent leur projet de fusion, mis un temps au frigo en raison de la crise du coronavirus. Le siège de la future entité sera établi à Bruxelles et, à terme, la marque Thalys disparaîtra du paysage ferroviaire, rapporte le journal français Les Echos. L'information a été confirmée par Thalys.

Une holding sera créée, abritant les deux sociétés ferroviaires. Elle sera établie à Bruxelles. La compagnie française SNCF sera l'actionnaire majoritaire, tandis que la Société nationale des chemins de fer belges héritera de 18,5% des parts. D'ici deux ou trois ans, seule la marque Eurostar subsistera.

Un porte-parole de Thalys a confirmé cette information tout en rappelant que l'opération de fusion était encore à l'état de projet qui doit notamment être soumis à la Commission européenne, probablement début 2022. Le projet, baptisé Green Speed, consiste à créer la première compagnie de trains à grande vitesse reliant cinq pays (France, Grande-Bretagne, Belgique, Allemagne et Pays-Bas) et près de 245 millions de personnes, précise le porte-parole.

Déjà évoquée en septembre 2019, l'initiative n'a jamais été remise en question, simplement ralentie par la crise sanitaire, a reconnu Christophe Fanichet, le patron de la SNCF. L'objectif de transporter 30 millions de voyageurs d'ici 2030 est maintenu, mais probablement postposé de deux ou trois ans. La fréquentation combinée des deux compagnies en 2018 s'élevait à 18,5 millions de personnes. 

Les deux sociétés emploient 2.300 personnes pour un chiffre d'affaires cumulé de 1,5 milliard d'euros.

Andreas Kockartz/VRT

Les plus consultés