Les Pandora Papers révèlent une nouvelle affaire d’évasion fiscale : 1.217 Belges y figurent

Un disque dur, contenant plus de 11,9 millions de documents datés de 1996 à 2020, s'est retrouvé entre les mains du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), dont font notamment partie, pour la Belgique, les quotidiens Le Soir et De Tijd et le magazine Knack. Dans ces documents, qui contiennent quelques précieux secrets, figurent plus de 29.000 bénéficiaires de sociétés écrans, dont 35 chefs d’Etats anciens et actuels - comme l’ex-Premier ministre britannique Tony Blair -, mais aussi des artistes de réputation mondiale comme Elton John, Ringo Starr et Julio Iglesias, et 1.217 Belges. Leur identité n’est pas encore connue.

"C'est plus du double que lors des Panama Papers, qui avaient déjà secoué la planète en 2016. Parmi ces bénéficiaires de constructions d’évasion fiscale, 35 chefs d'Etat, 133 milliardaires, quelques stars du ballon rond, de grands criminels, une poignée de figures du show-business et une majorité d'inconnus", écrit notamment le quotidien Le Soir.

Les Pandora Papers mettent à nouveau en lumière des constructions douteuses avec des comptes logés dans des sociétés offshore, dans le but d’évincer les impôts. Des comptes en banque sont ainsi dissimulés, mais aussi des yachts de luxe, des villas, des œuvre d’art, voire même de l’argent illégal ou des antiquités volées.

Les documents - qui constituent une véritable boite de Pandore - proviennent de 14 bureaux différents, installé aux Caraïbes, dans le Golfe Persique ou l’Océan de Chine méridionale. Pour comparaison, les Panama Papers avaient fuité en 2016 d’un seul bureau, à savoir le cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca.

Pas encore de noms des Belges

Quelque 1.217 personnes de nationalité belge ou résidents du Royaume ont été identifiés via les Pandora Papers. Au total, ils ont fait érigé 1.215 sociétés boite-postale dans des paradis fiscaux tels que les Iles Vierges britanniques, les Seychelles ou au Bélize.

Trente-trois de ces noms figuraient déjà dans les Panama Papers. Ces profils sont variés, allant "du pharmacien à la retraite dont l'épouse vend des lunettes au dealer de hasch, dont le casier judiciaire est déjà bien garni, jusqu'au couple à la tête de salons de coiffure sur la Côte à l'huissier de justice déjà condamné pour escroquerie. Sans oublier ce jeune millionnaire ayant fait fortune grâce aux bitcoins", selon Le Soir. De Tijd y ajoute un chirurgien, un professeur, un rappeur bruxellois, un présentateur radio, des spécialistes IT et même un prince.

Sur la scène internationale, on retrouve notamment le Roi de Jordanie, les présidents ukrainien, azéri, kényan et équatorien, le Premier ministre tchèque ou l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair. Mais aussi l’ancien mannequin Claudia Schiffer et la diva pop Shakira.

Les plus consultés