Les hommes cisgenres exclus d’une soirée à Gand : y a-t-il eu discrimination ?

À Gand, le café "Blond" a décidé d'exclure les hommes cis* d'une soirée, ce qui a suscité de nombreuses réactions. Selon le gérant de ce bar (queer et féministe), certains avaient fait des remarques déplacées à d'autres clients. La question se pose de savoir si l'exclusion de ce groupe spécifique constituait une discrimination. Selon l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes, cela ne semble pas être le cas. *Les personnes cis sont des individus dont le genre de naissance, le corps et l'identité personnelle coïncident.

Vendredi, le café Blond de Gand a mis fin à une fête en raison de la violence verbale dont auraient été victimes plusieurs clients. Tous les clients du café ont été invités à quitter les lieux et à n'y revenir que s'ils appartenaient à la communauté FLINT (Frauen-Lesben-Nichtbinären-Trans – Femmes, Lesbiennes, Nonbinaires et Trans). Les hommes cisgenres n'étaient plus les bienvenus car ils étaient considérés comme responsables des violences verbales.

Une décision radicale et controversée", reconnaît Eva Destoop, copropriétaire du café Blond, "mais il n'y avait pas d'autre solution, car certaines personnes ne se sentaient plus en sécurité dans notre café. Selon elle, il ne s'agit pas d'une question de discrimination. "Nous ne sommes pas un café CONTRE les cis, mais un café POUR les personnes queer*"

*Queer est un mot anglais signifiant "étrange", il est utilisé pour désigner l'ensemble des minorités sexuelles et de genres.

Pourquoi les hommes cis ont-ils été ciblés ?

Cette décision a toutefois suscité beaucoup d'incompréhension. "Nous savons que c'est une décision controversée. Certaines personnes se sentent discriminées. Mais de nombreux hommes cis ne réalisent pas à quel point ils sont privilégiés et ne comprennent donc pas pourquoi on leur a demandé de ne pas entrer. Nous ne faisons pas cela parce qu'ils ne sont pas les bienvenus, mais parce que nous voulons être un lieu sûr pour les femmes, les personnes transgenres, etc."

"Bien sûr, tout homme cis ne constitue pas une menace", souligne Eva Destoop. "Mais pour les personnes appartenant à la catégorie FLINT, il est impossible de savoir qui vous harcèlera et qui ne le fera pas. Il peut donc être dangereux et menaçant pour les personnes FLINT de se trouver dans un endroit où les hommes cis sont dominants."
 

Cadre juridique et discrimination

Liesbet Stevens est avocate et directrice adjointe de l'Institut pour l'égalité des hommes et des femmes. Elle explique comment un tel incident serait considéré d'un point de vue juridique, s'il devait déboucher sur une action en justice dans le domaine de la discrimination. Est-ce une discrimination ou non ? "La discrimination peut être définie dans trois domaines différents, dont l'un est "la fourniture de biens et de services". Dans ce cas, ce café fournit des biens et des services, même si cela peut paraître étrange."

Il est important de le nommer légalement de cette façon, dit Liesbet Stevens : "Parce que si vous voulez faire une différence fondée sur le sexe ou le genre, les normes sont plus strictes dans le contexte des biens et services que dans celui des activités sociales ou culturelles."
 

Le bar Blond constitue une exception

Liesbet Stevens comprend que de nombreuses personnes s'interrogent sur ce qui s'est passé au café. Il s'agit d'une exception, dit-elle : "Normalement, dans le cas des biens et des services, vous n'êtes pas autorisé à pratiquer une discrimination fondée sur le sexe ou le genre. Par exemple : si vous avez un bowling ou un magasin de vêtements, vous devez autoriser tout le monde à y entrer."

Des exceptions à cette règle sont possibles, mais trois conditions doivent être remplies : "La première est que vous fournissiez un bien ou un service spécifiquement destiné à un sexe ou à un genre. Dans ce cas, l'exclusion d'autres groupes peut être justifiée. Par exemple, si vous souhaitez organiser une soirée de discussion sur les comportements sexuellement transgressifs. Vous pouvez, mais ne devez pas, inviter uniquement des femmes ou uniquement des hommes. C'est un choix que vous faites pour faciliter la discussion sur le sujet pour ce groupe."

Nécessité ?

Une deuxième condition pour distinguer un groupe et pas les autres il faut que ce soit approprié et nécessaire, explique Liesbet Stevens : "Il faut alors se demander si c'est bien de le faire, et s'il n'y a pas un moyen moins radical d'atteindre l'objectif." Les deux conditions que Liesbet Stevens explique sont des conditions européennes. Elles ont été transposées en droit belge et c'est là qu'il y a un goulot d'étranglement : " Elles précisent que d'autres détails doivent encore être réglés. Mais cela ne s'est pas encore produit.

Par exemple, des cours de natation à certaines heures
Liesbet Stevens

Liesbet Stevens compare cela aux cours de natation, par exemple : "Dans ce cas, la piscine est généralement accessible à tous, mais à certains moments, elle est réservée à des groupes spécifiques.

Les nuances dans l'histoire sont importantes, dit l'avocat. Ce soir-là, les propriétaires du café Blond ont d'abord tenté d'assurer la sécurité des fêtards en émettant un avertissement. "Et ce n'est qu'ensuite qu'ils ont procédé à l'exclusion de ce groupe d'hommes cis, ce qui a rétabli l'atmosphère de sécurité. Si une telle affaire devait être portée devant un tribunal, je pense que la probabilité que le café soit condamné est très faible. À première vue, il ne semble pas s'agir d'un cas de discrimination. Mais en fin de compte, c'est le juge qui décidera.

 

Les plus consultés