Deux hommes poursuivis pour braconnage sur la zone où vivait la louve Naya

Le 1er février 2022, deux hommes comparaitront devant le tribunal correctionnel de Hasselt (Limbourg) pour braconnage sur la zone où vivait la louve Naya (photo), qui a été tuée. Les conclusions des parties ont été déposées mardi devant l'instance judiciaire, a indiqué l'avocat Peter De Smedt, qui représente l'association de protection de l'environnement Vogelbescherming Vlaanderen et l'Agence flamande pour la nature et les forêts (ANB), qui se sont constituées parties civiles dans ce dossier.

Le 30 septembre 2019, le département d'inspection de l'ANB avait diffusé un message annonçant la mort de la louve Naya et de ses petits, apparemment volontairement tués. La mère et ses louveteaux se trouvaient dans une zone particulièrement difficile d'accès, où personne n'avait l'autorisation de pénétrer.

L’organisation de protection des oiseaux Vogelbescherming Vlaanderen s'était constituée partie civile après la mort de Naya. Durant l'enquête sur la disparition du canidé, l'Agence flamande pour la nature et les forêts avait constaté plusieurs délits.

Le dossier a été scindé en deux volets, le premier concernant deux hommes qui braconnaient des chevreuils dans la zone de Hechtel-Eksel. Ces deux chasseurs comparaîtront le 1er février. Le second volet sera étudié début novembre et se penchera sur des chasseurs qui, "avec toutes sortes d'attributs tels que des lunettes-viseurs, se sont frayés un passage dans cette zone pourtant interdite d'accès", a précisé Me Peter De Smedt.

La louve Naya s'était établie en 2018 dans le Limbourg, devenant du même coup la première de son espèce à élire résidence en Belgique depuis un siècle.

Les plus consultés