Le Polder de Hoboken

Natuurpunt teste Wetlands4Cities pour rendre les villes plus robustes face à la sécheresse et aux inondations

Wetlands4Cities, le nouveau projet de l’association flamande de protection de la nature, vise à rendre la nature dans et autour des villes plus robuste face au changement climatique. Cinq villes servent de lieux de test au développement et au renforcement de la nature, qui devrait permettre de résister mieux aux chaleurs extrêmes, à la sécheresse et aux inondations.

Les zones riches en eau sont particulièrement importantes pour la préservation des écosystèmes en Europe. Ce sont des endroits de grande biodiversité, qui offrent de nombreuses opportunités pour lutter contre le changement climatique. Elles protègent contre les inondations mais aussi contre la pénurie d’eau, elles stockent le CO2 et procurent de l’air conditionné écologique aux zones urbaines surchauffées.

"En approvisionnant en eau les zones humides nous voulons éviter des inondations comme celles que nous avons connues cet été. Mais nous voulons aussi rendre certaines zones plus résistantes à la chaleur et la sécheresse. Pour cela, nous infiltrons de l’eau dans le sol, pour en renforcer l’effet d’éponge", indique Lander Wantens de Natuurpunt.

Le marais malinois (Mechels Broek)

Projet pilote dans 5 villes flamandes

Les cinq zones qui serviront de test au projet Wetlands4Cities sont Meirdam (photo) à Termonde (Flandre orientale), Houtzekouter à Alost (Flandre orientale), le polder de Hoboken (Anvers), le Marais de Malines et le Uitkerkse Polder à Blankenberge-Bruges (Flandre occidentale).

"Nous prévoyons différentes mesures pour les différentes zones de test", précise Wantens. "Ainsi, à Termonde, nous voulons rendre la zone accessible aux riverains et rendre ses alentours résistants aux inondations en infiltrant davantage d’eau dans le sol. A Alost, nous travaillerons avec un propriétaire local et avec la ville pour lutter contre d’éventuelles inondations en ajoutant de l’eau dans la vallée du ruisseau".

Dans le marais malinois, Natuurpunt veut relier à nouveau la zone humide à la Dijle. Actuellement, celle-ci n’est approvisionnée que par de l’eau de pluie et reste donc très sèche pendant l’été. Dans le Uitkerkse Polder de Blankenberge, des mesures seront prises pour compenser la consommation d’eau par l’entreprise Pepsico et renforcer ainsi la zone humide au nord-ouest de Blankenberge-Bruges.

Meirdam à Termonde

Les plus consultés