Budget 2022 : Magnette veut trouver l’argent dans la fraude fiscale plutôt que dans "les économies à tout prix"

Le président du PS, Paul Magnette, a réclamé dimanche une intensification de la lutte contre la fraude fiscale plutôt que la recherche d'économies à tout prix dans le budget 2022, objet de négociations entre les principaux ministres du gouvernement fédéral. "Si nous nous mettons à combattre sérieusement la fraude fiscale, nous pouvons trouver deux, trois, quatre milliards d'euros", a-t-il déclaré sur le plateau de l'émission dominicale De Zevende Dag (VRT), faisant référence à l'enquête dite des "Pandora Papers" sur la dissimulation d'avoirs dans des sociétés offshore. 

Les principaux ministres du gouvernement ont repris dimanche midi leurs discussions sur la confection du budget 2022 de l'État fédéral, à deux jours de la déclaration de politique générale que le Premier ministre Alexander De Croo doit prononcer mardi devant la Chambre des représentants, comme le prévoit la Constitution à cette date.

Selon Paul Magnette, qui préside le plus important des trois partis francophones de la coalition à sept partis de la Vivaldi, l'essentiel n'est pas le nombre de milliards économisés lors de la confection du budget, mais la manière de le faire. "Un, deux, trois, quatre milliards. Combien ce n'est pas essentiel. La question est 'comment nous le faisons'", a-t-il affirmé sur le plateau de la VRT.

"Chercher l’argent auprès des grosses fortunes"

"Si nous nous engageons sérieusement contre la fraude fiscale, nous pouvons trouver deux trois ou quatre milliards", a ajouté le président des socialistes francophones.

Paul Magnette a ainsi suggéré d'aller chercher l'argent auprès des grosses fortunes et des multinationales. "Les familles belges qui placent leur argent dans des paradis, c’est là que se trouve beaucoup d'argent que nous pouvons aller chercher, sans faire payer les citoyens ordinaires", a-t-il lancé.

Le leader du PS a souligné que des noms connus figuraient sur la liste des Pandora Papers. "C'est un scandale si ces gens ne payent pas correctement leurs impôts en Belgique. Sinon notre budget serait en équilibre", a-t-il.  

"Investir dans le plan de relance"

Paul Magnette a aussi déploré que certains investissements prévus dans le plan de relance soient en passe d'être abandonnés par les principaux ministres lors du conclave budgétaire, avec une réduction à un milliard d'euros au lieu des trois envisagés initialement. "Je trouve cela un peu dommage", a-t-il affirmé. "Nous devons véritablement investir. C'est un 'one shot' sur le budget. En plus, cela ne nous coûte pratiquement rien parce que les taux d'intérêt sont très bas", a-t-il encore souligné en se disant une nouvelle fois partisan d'investissements dans les chemins de fer, dans l'isolation et dans la rénovation des bâtiments.

Ces investissements doivent être supérieurs au milliard d'euros, a renchéri le président du PS, en expliquant que les investissements publics coûtent peu tout en étant bénéfiques pour l'économie et pour l'emploi. 

Les plus consultés