Après une longue nuit de négociation, le gouvernement s’accorde sur le budget

Le gouvernement De Croo est tombé d'accord mardi matin sur le budget fédéral 2022 et les dossiers qui y sont liés, dont la réforme du marché du travail, la relance et les mesures pour lutter contre l'augmentation des prix de l'énergie. Juste avant la réunion finale de ce mardi matin, il semblait y avoir encore un désaccord entre socialistes et libéraux sur certaines questions de dernière minute, mais ce problème a été résolu depuis.

Le gouvernement fédéral a procédé, pour son budget 2022, à un effort combiné de 2,4 milliards d'euros, soit 0,5% du PIB, a indiqué mardi le Premier ministre Alexander De Croo en conférence de presse. "Nous avons proposé un paquet de mesures très large", a déclaré le Premier ministre. Selon lui, plus de 100 décisions différentes ont été prises.

Cet effort combiné se répartit comme suit : 2 milliards d'effort net (0,4% du PIB), et 408 millions d'euros de politique nouvelle (408 millions d'euros). Cette politique dit permettre une amélioration du solde total de quelque 10 milliards d'euros.

"On a décidé de faire un effort considérable, de 2,4 milliards, soit davantage que ce que demande l'Europe", a indiqué le Premier ministre. "On est dans un moment où il faut combiner les deux (effort et investissement)."

L'accord contient quatre éléments : poursuivre la relance budgétaire, avec un équilibre entre relance économique et relance budgétaire, la réformes socio-économiques dans les domaines du marché du travail, de la sécurité sociale et de la fiscalité, un plan de modernisation et d'investissement et les mesures liées à la hausse des prix de l'énergie.

Mesures pour faciliter le travail de nuit dans l'e-commerce et éviter la fuite d'emplois

Le gouvernement fédéral prendra des mesures pour faciliter le travail de nuit dans le commerce électronique, a annoncé mardi le vice-Premier ministre Open VLD, Vincent Van Quickenborne.

Il s'agira d'une part de réactiver une mesure prise par le gouvernement précédent qui permet d'introduire le travail de nuit dans une entreprise de ce secteur dès lors qu'un syndicat est d'accord. D'autre part, les travailleurs qui, de manière individuelle, souhaitent travailler de nuit pourront également le faire.

La crise sanitaire a provoqué une hausse très nette du commerce en ligne. Or, selon le ministre, vu les conditions pratiquées aux Pays-Bas, sur 100 euros dépensés en Belgique, 80 atterrissent de l'autre côté de la frontière. "On rate des emplois", a affirmé Vincent Van Quickenborne.

Augmentation de la déductibilité pour la garde d'enfant

Le gouvernement fédéral augmentera la déductibilité fiscale pour la garde d'enfant, a annoncé mardi le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem (CD&V). Elle passera à 14 euros par enfant.

Supression de la cotisation spéciale de sécurité sociale pour réduire les charges salariales

La cotisation spéciale de sécurité sociale s'éteindra pour financer une diminution de charges sur les bas et moyens salaires, a annoncé mardi, dans le cadre de la présentation du budget fédéral, le ministre des Finances, Vincent Van Peteghem. Environ 300 millions pourront ainsi être utilisés pour éviter notamment les pièges à la promotion.

Cet impôt de crise avait été instauré en 1994 par le gouvernement Dehaene dans le cadre du Plan global visant faire entrer la Belgique dans l'euro.

Cumul d'allocation de chômage avec un premier salaire dans les métiers en pénurie

Les travailleurs au chômage pourront cumuler une partie de leur allocation de chômage avec leurs premiers salaires s'ils retrouvent un emploi dans un secteur en pénurie, a annoncé le ministre de l'Emploi, Pierre-Yves Dermagne (PS), mardi, en marge de la présentation de l'accord sur le budget fédéral.

Un milliard supplémentaire pour les investissements publics

Le gouvernement fédéral s'est accordé sur une enveloppe de 1 milliard d'euros pour des investissements stratégiques supplémentaires", souligne le secrétaire d'Etat à la Relance Thomas Dermine (PS) mardi, alors que la Vivaldi a conclu son accord sur le budget 2022 et les autres dossiers examinés.

Ces moyens viennent s'ajouter aux 1,25 milliard d'euros de projets fédéraux inclus dans le Plan de relance européen (PRR) et aux 328 millions d'euros d'investissements complémentaires déjà dégagés en avril dernier, précise-t-il.
En comptabilisant les nouveaux moyens débloqués, les investissements publics du fédéral devraient atteindre près de 14,5 milliards d'euros sur la période 2021-2024, soit près de 22% du montant total des investissements publics nécessaires pour satisfaire à un ratio de 3,5% du PIB (étape intermédiaire conforme à l'accord de gouvernement), souilgne-t-il.

"Aujourd'hui, nos infrastructures publiques ne tiennent plus la comparaison avec celles des pays voisins. Grâce à ce nouveau boost d'investissements, nous inversons cette tendance. Ce sera bénéfique pour la compétitivité de notre économie, la qualité de vie de nos concitoyens et permettra de répondre aux principaux défis auxquels nous sommes confrontés, au premier rang desquels figure la transition écologique", conclut le secrétaire d'Etat, cité dans un communiqué.

Selon le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet Ecolo), un quart de ces investissements (250 millions) seront consacrés au rail.

Les plus consultés